Twitter Imera

Historique

Il existe des instituts d’études avancées (IEA) dans la plupart des grands pays de recherche. Le premier fut créé à Princeton en 1933, essentiellement pour accueillir les chercheurs et intellectuels juifs chassés d'Allemagne. D'autres IEA furent fondés par la suite, d'abord aux États-Unis (Standford et Duke) puis un peu partout dans le monde, notamment à Berlin (Allemagne), Uppsala (Suède), Budapest (Hongrie) et Bologne (Italie).

En France, c'est à partir de 2006 que se sont développés en parallèle quatre projets d'instituts d'études avancées à Paris, Lyon, Nantes et Marseille, avec le soutien du Réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA), l’un des treize réseaux thématiques de recherche avancée (RTRA) approuvés par l’Etat en 2006.

L’idée de fonder un IEA dans la région d’Aix-Marseille a pris forme en 2007 avec l’inscription du projet dans le Contrat de Plan Etat / Région, et le choix de l’installation de l’IMéRA sur le plateau Longchamp à Marseille par décision municipale.

Le projet intellectuel de l’IMéRA s’est construit à partir d’un collectif de chercheurs de toutes les disciplines, qui se sont rencontrés chaque semaine pendant des mois autour de l’initiateur du projet, Robert Ilbert, pour définir l’orientation scientifique de l’IMéRA.

Statut de l'IMéRA

Membre du RFIEA, l’IMéRA a été fondé en 2007 sous forme d'association par les trois universités d’Aix-Marseille (Université de Provence, université de la Méditerranée et université Paul Cézanne) et le CNRS.

L'institut est devenu le 1er janvier 2013 Fondation universitaire d'Aix-Marseille Université, l'université unique née de la fusion des trois universités le 1er janvier 2012.

Site de l'IMéRA

En septembre 2008, l’institut a commencé ses activités sur l’ancien site de l’Observatoire d’Astronomie de Marseille-Provence. Il a connu deux phases de travaux pour rénover d’abord la Maison des astronomes, siège historique de l’Observatoire construit sous le Second Empire (2010-2011), puis un bâtiment moderne des années 60 où travaillaient astronomes et astrophysiciens (2014-2015).  Ces travaux ont été financés par l’Etat, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Centre National de la Recherche Scientifique et la Ville de Marseille, l’Université d’Aix-Marseille prenant en charge l’équipement des locaux.

L’IMéRA dispose aujourd’hui de 14 logements, 2 salles de séminaire (50 et 30 places), de bureaux et de salles de réunion ainsi que d’espaces de convivialité. Situé dans un parc paysager au cœur de Marseille, il offre les meilleures conditions pour l’accueil des résidents et la construction d’une communauté intellectuelle interdisciplinaire. Il a atteint en 2015 son régime stationnaire avec 140 mois-chercheurs invités par an.