Agenda

04/24/2019

CYCLE - Pratique de l'écoute, écoute des pratiques

Mercredi 24 avril 2019, 9h30 - 12h30, Maison Neuve, 1er étage - entrée libre

Bruitisme Remix, avec Pierre Albert Castanet : Compositeur et musicologue, clarinettiste et performeur, Professeur à l’université de Rouen et professeur associé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris ; auteur de Tout est bruit pour qui a peur – Pour une histoire sociale du son sale (Michel de Maule, 2007) et Quand le sonore cherche noise – Pour une philosophie du bruit (Michel de Maule, 2008): Jean-Paul Ponthot : Président de l'AMI (Aide aux musiques Innovatrices, Marseille) et du festival MIMI (Mouvement International des Musiques Innovatrices) ; ancien directeur de l’ESAAix-école supérieure d'art d'Aix-en-Provence.

Le séminaire intitulé « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » définit clairement son projet dans l’énoncé de son titre : il s’agit d’abord de s’intéresser à l’écoute et aux pratiques de l’écoute, c’est à dire aux pratiques qui à la fois supposent, engagent et déterminent des formes d’écoute. Ces pratiques sont nombreuses et très différentes les unes des autres. Elles appartiennent à des domaines de la connaissance infiniment variés. Toutes supposent une relation au son ou au moins à des phénomènes ondulatoires qui sont de l’ordre du sonore - même s’ils défient les limites de la perception humaine et qu’ils impliquent la mise en œuvre de technologies qui étendent, déplacent et transposent les potentialités du sensible. Toutes aussi impliquent de mettre en place une logique dans laquelle la réception, la sensibilité et l’attention sont mobilisées comme des formes essentielles de l’expérience et de la connaissance, comme des moments qui déterminent et structurent notre relation à notre environnement, comme des vecteurs de notre capacité d’action, de représentation et d’invention.

Bien sûr, la musique et plus généralement les pratiques sonores en art sont essentielles à notre réflexion et nous nous sentons héritiers du tournant qui a consisté, par exemple avec John Cage, à placer l’écoute au cœur d’une pensée de l’esthétique comme expérience. Mais bien au-delà de la musique ou des arts du son et de l’audio, il existe de nombreuses pratiques, qu’elles soient empiriques ou expérimentales et rationnellement formalisées, qui mettent en jeu de façon déterminante la question de l’écoute. L’acoustique est évidemment la première d’entre elles et elle se trouve chaque fois impliquée d’une façon ou d’une autre.

Mais notre énoncé suggère aussi que l’écoute n’existe vraiment que dans et par une pratique. De ce point de vue là, l’écoute s’apprend, se développe, s’affine et s’oriente dans la relation à un ensemble organique où l’expérience et la théorie doivent trouver les modalités de leur dialectique. Toute écoute prend sens dans le contexte d’une situation qui engage la relation entre des acteurs et le milieu mouvant dans lequel ils évoluent. Elle contribue à donner sens à ce milieu et elle présuppose l’orientation d’une perception qui ne reçoit que parce qu’elle attend et s’interroge. L’écoute est éveil, exercice, pensée, mouvement, relation aux autres et au monde. Elle mobilise du savoir et le met à l’épreuve d’une situation signifiante. Elle s’inscrit dans une histoire qui est aussi l’histoire des disciplines qui la mettent en œuvre.

L’écoute est donc une notion à la fois transversale et toujours inscrite dans des pratiques spécifiques, qu’elles soient scientifiques ou artistiques, formalisées ou empiriques. Si elle engage des pratiques déterminées et multiples, elle ouvre aussi un espace de discussion, de partage et d’échange entre ces pratiques et ces savoirs, entre les arts et les sciences.

Le séminaire « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » est co-organisé par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.
Responsables du séminaire : Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Elena Biserna (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU/CNRS), Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU/CNRS)

 

From 04/25/2019 to 04/26/2019

Les Tables rondes de l'Arbois : La Méditerranée

Les Jeudi 25 et vendredi 26 avril 2019, Palais des Congrès, Parc Chanot, Marseille - entrée sur inscription

Tables rondes de l'Arbois : La Méditerranée

Les 11ème Tables rondes de l'Arbois sont organisées en partenariat avec l'IMéRA. Retrouvez le programme complet des journées sur le site http://www.tablesrondes-arbois.fr


Les Tables Rondes de l’Arbois 2019 : rendez-vous à Marseille

Il y a 1,5 millions d’années les Hommes préhistoriques atteignirent les rivages d’Europe méditerranéenne pour ne plus en repartir. On connaît la suite. C’est dans cet espace méditerranéen, dans le Croissant Fertile, que l’Homme moderne invente l’agriculture. À partir de là, il y a environ 11000 ans le monde change. L’homme ne court plus après sa nourriture, il se sédentarise autour des champs : le sol cultivé devient le pain des humains, mais aussi avec le sésame, il donne l’huile pour l’éclairage, avec les pâturages il domestique et nourrit le bétail, avec l’argile il façonne des poteries et des greniers, avec l’argile et la paille, il fournit la brique et étend ses villages.  Et les bords de la Méditerranée se peuplent d’Hommes et de divinités. Sur les flots, d’un rivage à l’autre ils fondent les lambeaux de civilisations et élèvent des temples et des cités. C’est là qu’au cours des millénaires que l’écriture nait, que l’humanité passe de la magie à Ptolémée, que les temples se transforment peu à peu en observatoires, que l’astronomie se dégage des superstitions et que germe la science. Et c’est là aussi que coexistent les trois grands monothéismes, que le commerce rapproche les hommes, les cultures mais aussi les déchire en conflits dynastiques ; que le savoir s’érige au service du pouvoir. C’est vers cette Méditerranée et ses cultures que les peuples de l’intérieur viennent puiser, s’emparer des monuments, des parures, de l’esprit. Mais le monde méditerranéen renaît à chaque fois par sa science, son art, ses découvertes, ses croyances, ses syncrétismes culturels qui se dégagent du reste du Monde, comme ses couleurs et sa luminosité.

Aujourd’hui la Méditerranée est aussi complexe que son histoire, que ses paysages. Elle est faite de ses nombreux langages, de ses discordes, de ses conflits, de ses drames humains. Elle est un tout et multiple à la fois. Ici le sang et la pollution se mêlent à la beauté des rires et des chants. La Méditerranée est un carrefour de pauvreté et de richesses, de peines et de joies. Elle nous confronte à notre humanité !


Plus d'informations sur les XIème Tables rondes ici.

04/25/2019

COMMUNITY BUILDING SEMINAR avec Marie-Anne Durand

Jeudi 25 avril 2019, 10h30 - 12h30 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Développement et implémentation d’outils d’aides à la décision visant à minimiser les inégalités sociales de santé en cancérologie, par Marie-Anne Durand (Professeure au Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice, titulaire de la Chaire en Cancérologie intégrée, jointe avec l'IPC-Institut Paoli-Calmettes)

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

 

04/25/2019

Cycle de conférences - L'Islam face au défi des temps modernes.

Jeudi 25 avril 2019 de 18h à 20 h - IMéRA, salle de conférence de la Maison des astronomes, 2 place Leverrier 13004 Marseille 

Rendez-Vous 4 :  Conversion, violence et tolérance. Approche comparée entre l'Islam et le christianisme

Au départ, au moment de son éclosion, et encore plus au cours de son histoire future, toute religion construit des territoires : le sien propre et ceux de l’Autre. En cela, rien ne différencie la religion de la politique. Et vis-à-vis de l’Autre, toute religion aspire à gagner des adeptes par la conversion. Chaque religion apporte ses arguments, sa sagesse, ses miracles, ses preuves et ses témoignages, en vue de convaincre l’Autre de la justesse de ses dogmes et de solliciter puis d’obtenir son adhésion. La conversion procède de la nature même de la religion. Jusqu’oū peut-elle aller ? Comment faire admettre par les reli- gions œcuméniques le principe de tolérance qui ne fait pas partie de leurs principes ?

Avec Yadh Ben Achour, juriste et philosophe du droit, 1er titulaire de la Chaire Averroès de l’IMéRA. Il est notamment l’auteur de « La 2ème Fatiha » PUF, 2011 et de «  Tunisie, une révolution en pays d’islam », Ceres Edition, 2016.

L'Islam face au défi des temps modernes est un cycle de conférences données par Yadh Ben Achour. Les autres dates sont :

  • 29 novembre 2018 : Sur le concept d'orthodoxie de masse.
  • 17 janvier 2019 : L'universalité de la norme démocratique et l'Islam.
  • 31 janvier 2019 : L'Islam et l'universalité de la norme démocratique.
  • 25 avril 2019 : Conversion, violence et tolérance. Approche comparée entre l'Islam et le christianisme.
  • 6 juin 2019 : L'islam et la révolution.
04/26/2019

CYCLE - Style de vie en Méditerranée #4

Vendredi 26 avril de 10h à 13h - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Styles de vie et questions de valeurs, avec Mohamed Tozy, anthropologue et politologue, professeur à Casablanca et à Sciences Po Aix et Mohamed Affaya, résident de l’IMéRA, enseignant-chercheur, Université Mohammed V-Rabat.

Séminaire organisé dans le cadre du cycle Styles de vie en Méditerranée, dirigé par Dionigi Albera, Mohamed Tozy, Thierry Fabre (Directeur du programme Méditerranée de l'IMéRA).

Comment vivre ? Et comment vit-on, ici, ailleurs ? Ces questions nous serviront de fil conducteur tout au long de ce nouveau cycle de recherche qui se propose de questionner, à partir de plusieurs angles de vue, les styles de vie en Méditerranée.

C’est à l’échelle de la Méditerranée que nous proposons un champ d’analyse comparée qui permet, à partir d’un « monde », ou plutôt d’un « entre-mondes », d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Alors que nos modes de vie, nos rythmes de vie, nos styles de vie sont appelés à se transformer, ce cycle se propose d’apporter un éclairage nouveau pour tenter de mieux comprendre le monde tel qu’il va, et le monde méditerranéen, en particulier.

L’attention aux formes du vivre indique effectivement une vie redevenue faculté et c’est bien cette « marge humaine » que nous allons rechercher, à travers des regards singuliers et la parole d’invités prestigieux qui vont nous faire partager leur expérience et leur pensée.


1/ Vendredi 18 janvier 2019 : Styles de vie et questions urbaines (10h-13h)

Intervenants : Olivier Mongin, philosophe et auteur notamment de La condition urbaine  ; et Thierry Paquot, philosophe et urbaniste

Discutant : Michel Péraldi

2/ Vendredi 22 février : Styles de vie et changements climatiques (10h-13h)

Intervenant : Dominique Bourg, philosophe, professeur à l’Université de Lausanne

Discutant : Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA

3/ Vendredi 22 mars : Styles de vie et appartenances religieuses (10h-13h)

Intervenants : Dionigi Albera, ethnologue, directeur de recherche au CNRS et Alexandre Toumarkine, professeur à l’INALCO

4/ Vendredi 26 avril : Styles de vie et questions de valeurs (10h-13h)

Intervenants : Mohamed Tozy, anthropologue et politologue, professeur à Casablanca et à Sciences Po Aix et Mohamed Affaya, résident de l’IMéRA, enseignant-chercheur, Université Mohammed V-Rabat.

5/ Samedi 1er juin : Styles de vie et écritures (rencontre hors les murs, en partenariat avec le festival Oh les beaux jours !)

Intervenantes : Hyam Yared, auteure, 1ère titulaire de la Chaire Camus à l’IMéRA, et Marielle Macé, directrice d’études à l’EHESS, auteure notamment de Styles (à confirmer)

6/ Vendredi 14 juin : Styles de vie et création contemporaine(10h-13h)

Intervenantes : Sadika Keskes, artiste, et Sana Tamzini, artiste, designer et commissaire d’expositions

 

04/30/2019

Conférence - Cycle de recherche sur les Migrations CMI-Fulbright-IMéRA #2

Mardi 30 avril 2019, 14h00 à 16h00 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Psychotherapy with refugees: suffering migration and the needs of healing.

Speaker: Silvia Torresin (psychotherapist specialized in Ethnopsychiatry


Abstract:

The closing of the borders and the attempt of externalizing reception responsability make migrants feel unwanted in the social space.
How does this impact on the psychological health of people facing a migration and trying to settle down in a new world?
The talk will be focused on:
- Psychotherapy of migrants and refugees as a context and opportunity to understand and explore the difficult feelings of people who get sick because of a migration and to help them to heal and regain personal strength.
- Reception conditions of asylum seekers in the italian contemporary social and political frame.


About the CMI-Fulbright-IMéRA Research Cycle on Migrations

In a context of growing migration and forced displacement (68.5 million estimated forcibly displaced people worldwide according to UNHCR), moving populations are likely to stay a certain number of years in their destination countries (for refugees who live in protracted situations of more than 5 years, the average duration of exile stood at 17 years).  From a development perspective, the question of socio-economic inclusion appears critical. Studies show that benefits of migrants and refugees to economies are existing and significant, and reciprocally, that sustaining the welfare of all in the context of important migration/forced displacement influx also depends on sustained economic growth (as opposed to redistributing existing resources). Social tensions are also an important risk of large-scale displacements and need to be understood and addressed. More specifically, the involved large-scale population movements and the subsequent expected rising density in urban areas also raise obvious public health questions, the migrant populations being generally the most vulnerable components of societies.  Rigorous theoretical and empirical studies of the health, demography and behavioral ecology of migrants are therefore eagerly needed not only for academic purposes but also to guide health policies towards these populations. Needless to say, this concerns not only human biology but also mental health issues, especially given the new patterns of migration. Another key aspect is the impact on host countries’ welfare states and labor markets, often presumed to be negative. However, if adequately channeled, regularized migration and labor mobility may represent a great opportunity; indeed, numerous empirical studies show that increased labor mobility brings huge gains for the migrants themselves and overall advantages for the destination countries. An approach to mobility in which governments design policies with regional labor markets in mind would allow both sending and destination countries to take full advantage of the benefits. The construction of such approaches to mobility is an essential task.

The Center of Mediterranean Integration (CMI, http://www.cmimarseille.org/), the French-American Fulbright Commission (https://fulbright-france.org/en), and the Institute for Advanced Study at Aix-Marseille (IMéRA, https://imera.univ-amu.fr/en ) propose a research cycle devoted to an interdisciplinary appraisal of the migration issues mentioned above, among others.  A special emphasis will be placed on migrations in the Mediterranean area. Building on the CMI expertise in these topics, on the Fulbright Commission’s strong reputation to identify and mobilize the best US-based researchers, and on IMéRA’s established capacity to trigger interdisciplinary research at the highest international level, this cycle is precisely devised to stimulate discussions between international researchers of various disciplinary backgrounds as well as policy makers and other non-academic experts. In 2018-2019, the cycle is managed by Blanca Moreno-Dodson, the director of the CMI, Thomas Macias, the 2018-2019 holder of the Fulbright/IMéRA chair on Migration Studies, and by Raouf Boucekkine, director of IMéRA. The inaugural event will take place at IMéRA on January 8th, 2019.

05/09/2019

COMMUNITY BUILDING SEMINAR avec Anne-lise Giraud

Jeudi 9 mai 2019, 10h30 - 12h30 - IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférences - entrée libre

Contour, rhythm or content? What does dogs brain grasp from human speech?, par Anne-lise Giraud (Professeure au Département de Neurosciences Fondamentales, Faculté de Médecine, Université de Genève, titulaire de la Chaire Langage et Cerveau, jointe avec l'ILCB)

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

 

05/15/2019

CYCLE - RECHERCHE, ARTS, PRATIQUES NUMERIQUES #25

Mercredi 15 mai 2019, 10h00 - 13h00 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

L'esthétique du mur

Elisa Ganivet, docteure en philosophie, historienne de l’art et manager culturel.

* Plein feu sur l’esthétique du mur

Elisa Ganivet proposera une mise en lumière historique de l’esthétique du mur-frontière. L’aller et retour constant de ces deux concepts, pourtant initialement bien définis, pose en effet un problème majeur contemporain a priori lié à une mauvaise gestion de la mondialisation. Comment les artistes se jouent-ils de ce dispositif biopolitique immobile, comment s’approprient-ils ce phénomène géopolitique tangible ? Dans quelles mesures leurs réponses expriment-elles une dénonciation et un éveil sur l’état du monde ?

Nicolas Mémain, urbaniste, artiste marcheur, cartographe, enseignant à l'ESSAix

* Contempler la perte des savoirs faire la ville

L'effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille a déclenché, à l’automne dernier, une énorme émotion collective ainsi qu’une crise historique pour la ville et sa gestion – une enquête est d’ailleurs ouverte et en cours. L'ampleur de la mobilisation citoyenne a sans doute été préparée par la montée en intensité de l'opposition au chantier de la Place Jean Jaurès, à 200 mètres de là. Des murs qui abritent tombent quand des murs qui séparent s’élèvent. Nicolas Mémain proposera de faire le simple récit de deux saisons en enfer.


Thématique du séminaire

Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. 
Dans le  domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies que Digital Humanities.
Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.
Ce séminaire rassemblera des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui seront propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.
Chaque mois, des participants seront invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains feront part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.
Trois types de questions seront développés.

1) Il s’agira tout d’abord de voir comment, et jusqu’à quel point, ces pratiques et instruments transforment notre rapport au monde, nos méthodes de recherche, la construction de nos objets, la modélisation et la diffusion de notre connaissance et de nos oeuvres.
2) Nous nous interrogerons aussi sur l’impact des processus collaboratifs qu’impliquent les pratiques numériques entre chercheurs, artistes et professionnels. L’objectif est d’évaluer les apports que chaque démarche (scientifique, artistique, professionnelle) apporte aux autres.
3) Nous verrons enfin comment ces processus collaboratifs bouleversent les champs disciplinaires, les points de vue et les formes d’autorité qui organisent notre recherche et notre pratique et conduisent à repenser de manière créative de nouvelles formes de rencontre entre les disciplines scientifiques et entre celles-ci et les non-spécialistes.
Débuté en janvier 2016, ce séminaire fonctionne selon un rythme de rencontres mensuelles, d’une durée de trois heures.

Comité d'organisation : Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (Ecole supérieure d'art d'Aix en Provence, PRISM, AMU), Jean Paul Fourmentraux (CNE, EHESS/CNRS/AMU), Anna Guilló (LESA, AMU), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)

Partenariat:
IMéRA - Institut Méditerranéen de Recherches Avancées (AMU)
Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS/AMU)
Institut de Recherche et d’Etudes sur le monde arabe et musulman (CNRS/AMU)
Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
Institut d’Ethnologie Mediterranéenne Européenne et Comparative (CNRS/AMU)

05/16/2019

COMMUNITY BUILDING SEMINAR avec Fouad ben Ahmed

Jeudi 16 mai 2019, 10h30 - 12h30 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

La vie intellectuelle au Maghreb et Al-Andalus : une anthologie, par Fouad Ben Ahmed (Professeur à l'institut Dar el-Hadith el-Hassania pour les Hautes Etudes Islamiques, Université al-Qarawiyine, Rabat, résidence dans le cadre de la Chaire Averroès sur l'islam méditerranéen (IMéRA/A*MIDEX-AMU), avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France).

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr