Twitter Imera

Agenda

25/01/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #15 : Aliko Songolo

Jeudi 25 janvier 2018, 10h30-12h30, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - entrée libre

La Harlem Renaissance, la Négritude et l'Afrique, par le Professeur Aliko Songolo (University of Wisconsin-Madison (USA), résident de l’IMéRA, Titulaire de la Chaire Fulbright Specialist USA/Afrique/France)

Un certain nombre d'écrivains noirs américains, ayant fondé le premier mouvement littéraire noir aux Etats-Unis—la Harlem Renaissance—viennent à Paris en quête de liberté d’expression et d’une société plus égalitaire. Dans le même temps, de jeunes Africains et Antillais, sujets de l’empire français, sont à Paris pour poursuivre leurs études. La rencontre des trois groupes crée des liens littéraires et politiques qui favoriseront l’essor d’un mouvement littéraire et culturel, la Négritude lequel, à son tour, contribuera à l’émergence de la Francophonie littéraire (à distinguer de la francophonie politique). Même atténuée plus tard, la présence des écrivains noirs américains en France aura laissé des traces jusque dans la littérature africaine contemporaine.


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

26/01/2018

CYCLE DOCTORAL - Migrations & Rencontres Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France #3

Vendredi 26 janvier 2018, 10h-12h, IMéRA - entrée libre

Migrations & Rencontres, Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France, par le Professeur Aliko SONGOLO, University of Wisconsin-Madison (USA), résident de l’IMéRA, iitulaire de la Chaire Fulbright Specialist USA/Afrique/France

Séminaire ouvert aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs

DOCTORANTS Inscription sur ADUM/Collège doctoral AMU

AUTRES PUBLICS Inscription/contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

Le séminaire se propose d’explorer les rapports complexes entre les écrivains noirs américains et les écrivains francophones de l’Afrique sub-saharienne et des Antilles à Paris, à commencer pendant les années 20 et 30. Les noirs américains, ayant fondé le seul mouvement littéraire noir aux Etats-Unis—la Harlem Renaissance—viennent à Paris en quête de liberté d’expression et d’une société plus égali-taire. Les Africains et les Antillais, sujets de l’empire français, sont à Paris pour poursuivre leurs études. La rencontre des trois groupes crée des liens littéraires et politiques qui favoriseront l’essor d’un mouvement littéraire et culturel, la Négritude lequel, à son tour, contribuera à l’émergence de la Francophonie littéraire (à distinguer de la francophonie politique). Même atténuée plus tard, la pré-sence des écrivains noirs américains en France aura laissé des traces jusque dans la littérature afri-caine contemporaine.

L’approche du séminaire sera essentiellement historique : histoire littéraire et histoire des idées. La contrepartie littéraire se fera tout au long des quatre premières sessions par des textes courts en an-glais et en français, tandis que la dernière session, le 23 février, sera consacrée à l’examen plus appro-fondi de romans noirs américains et africains, que les participants auront eu le temps de lire au cours des trois premières semaines de février.


5 modules de 2 heures chacun :

PROGRAMME :

  • Session 1 (vendredi 19 janvier 2018, 10h-12h)

* Introduction au séminaire

* La Reconstruction et après : les enjeux de la manumission

* W.E. B. Dubois & Booker T. Washington

* La première guerre mondiale et l’arrivée des Américains en France

* L’entre-deux-guerres : La Dépression

  • Session 2 (lundi 22 janvier 2018, 10h-12h)

* L’âge du jazz à Paris

* Harlem Renaissance et migrations des écrivains à Paris

* Rencontre entre écrivains américains, antillais et africains

* La Négritude : Césaire, Senghor, Damas

  • Session 3 (vendredi 26 janvier 2018, 10h-12h)

* Années 1940 & 1950 : Deuxième génération d’écrivains migrants

* Congrès des écrivains et artistes noirs, 1956 (Paris) & 1959 (Rome)

* Richard Wright & James Baldwin

* Présence Africaine : Alioune Diop

  • Session 4 (lundi 29 janvier 2018, 10h-12h)

* Années 1960 : Lutte des droits civiques aux USA

* Indépendances africaines

* Documentaire I Am Not Your Negro (Je ne suis pas votre nègre) de Raoul Peck

* Une figure singulière : Chester Himes et le polar africain contemporain

  • Session 5 (vendredi 23 février 2018, 10h-12h)

* Banjo de Claude McKay et Le Docker noir d'Ousmane Sembene

* "Princes and Powers" de James Baldwin et Black Power de Richard Wright

* Plan B de Chester Himes et Cercueil & Cie de Simon Njami

* Synthèse & Conclusion

26/01/2018

CYCLE - Corps, soin et santé mentale dans l'exil

Vendredi 26 janvier 2018, de 10h30 à 12h30, à IMéRA, Maison Neuve 1er étage - sur invitation

Séminaire du cycle "Corps, soin et santé mentale dans l'exil" 

Coordonné par Eléonore Armanet, Maître de conférences en anthropologie à l'Université d’Aix-Marseille, chercheur à l'IDEMEC - Institut d'ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (AMU/CNRS)

Le groupe croise les regards, les savoirs et langages de l'anthropologue et du clinicien pour explorer les effets de l'exil en contexte de migration – c'est-à-dire les dynamiques de « bricolage » identitaire, d'invention culturelle et de métissage, mais aussi le difficile exercice de la transmission entre les générations.

Participants : le groupe est composé d'anthropologues, de psychiatres, de psychothérapeutes et de psychanalystes.

Contact : eleonore.armanet@univ-amu.fr

29/01/2018

CYCLE DOCTORAL - Migrations & Rencontres Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France #4

Lundi 29 janvier 2018, 10h-12h, IMéRA - entrée libre

Migrations & Rencontres, Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France, par le Professeur Aliko SONGOLO, University of Wisconsin-Madison (USA), résident de l’IMéRA, iitulaire de la Chaire Fulbright Specialist USA/Afrique/France

Séminaire ouvert aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs

DOCTORANTS Inscription sur ADUM/Collège doctoral AMU

AUTRES PUBLICS Inscription/contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

Le séminaire se propose d’explorer les rapports complexes entre les écrivains noirs américains et les écrivains francophones de l’Afrique sub-saharienne et des Antilles à Paris, à commencer pendant les années 20 et 30. Les noirs américains, ayant fondé le seul mouvement littéraire noir aux Etats-Unis—la Harlem Renaissance—viennent à Paris en quête de liberté d’expression et d’une société plus égali-taire. Les Africains et les Antillais, sujets de l’empire français, sont à Paris pour poursuivre leurs études. La rencontre des trois groupes crée des liens littéraires et politiques qui favoriseront l’essor d’un mouvement littéraire et culturel, la Négritude lequel, à son tour, contribuera à l’émergence de la Francophonie littéraire (à distinguer de la francophonie politique). Même atténuée plus tard, la pré-sence des écrivains noirs américains en France aura laissé des traces jusque dans la littérature afri-caine contemporaine.

L’approche du séminaire sera essentiellement historique : histoire littéraire et histoire des idées. La contrepartie littéraire se fera tout au long des quatre premières sessions par des textes courts en an-glais et en français, tandis que la dernière session, le 23 février, sera consacrée à l’examen plus appro-fondi de romans noirs américains et africains, que les participants auront eu le temps de lire au cours des trois premières semaines de février.


5 modules de 2 heures chacun :

PROGRAMME :

  • Session 1 (vendredi 19 janvier 2018, 10h-12h)

* Introduction au séminaire

* La Reconstruction et après : les enjeux de la manumission

* W.E. B. Dubois & Booker T. Washington

* La première guerre mondiale et l’arrivée des Américains en France

* L’entre-deux-guerres : La Dépression

  • Session 2 (lundi 22 janvier 2018, 10h-12h)

* L’âge du jazz à Paris

* Harlem Renaissance et migrations des écrivains à Paris

* Rencontre entre écrivains américains, antillais et africains

* La Négritude : Césaire, Senghor, Damas

  • Session 3 (vendredi 26 janvier 2018, 10h-12h)

* Années 1940 & 1950 : Deuxième génération d’écrivains migrants

* Congrès des écrivains et artistes noirs, 1956 (Paris) & 1959 (Rome)

* Richard Wright & James Baldwin

* Présence Africaine : Alioune Diop

  • Session 4 (lundi 29 janvier 2018, 10h-12h)

* Années 1960 : Lutte des droits civiques aux USA

* Indépendances africaines

* Documentaire I Am Not Your Negro (Je ne suis pas votre nègre) de Raoul Peck

* Une figure singulière : Chester Himes et le polar africain contemporain

  • Session 5 (vendredi 23 février 2018, 10h-12h)

* Banjo de Claude McKay et Le Docker noir d'Ousmane Sembene

* "Princes and Powers" de James Baldwin et Black Power de Richard Wright

* Plan B de Chester Himes et Cercueil & Cie de Simon Njami

* Synthèse & Conclusion

29/01/2018

Séminaire - The effects of state cultural policy on Russian cultural production, par Elena Trubina

Lundi 29 janvier 2018, 14h00-15h30, IMéRA,Maison Neuve, 1er étage - ENTREE LIBRE

The effects of state cultural policy on Russian cultural production, par Elena Trubina (Ural Federal University, Russia)

Elena Trubina is Professor of Philosophy at Ural Federal University in Ekaterinburg, Russia. Her research focuses on questions of culture and urban development in contemporary Russia.


Ascribing to David Throsby’s (2010) definition of  cultural policy as ‘the promotion or prohibition of cultural practices or values by governments, corporations, other institutions and individuals’, I  assert that the core of the Russian government’s cultural policies and politics is comprised from two components: first, promoting a conservative version of national history (i.e. through launching the network of thematic parks ‘Russia - my history’), and second, capitalising on national culture as both a soft power tool and profitable resource.  The relationship between nationalism, cultural infrastructure, and the federal government’s legitimacy is currently strengthening as the government advances new directions of cultural policy and implementing cultural management guidelines. The field of cultural production at the grass roots level, where policy implementations take place and effect those involved in cultural practices, that is curators, managers, digital publishers, gallery workers, designers, street artists, and other kreativshchiki, the Russian neologism for ‘creatives’, needs to be investigated with methods developed in sociology and social theory to conduct empirical research. The activities of the actors in cultural field are contextualized on the basis of my empirical research within Russia’s political and social conditions while taking into account the state’s explicit and implicit cultural policies and scholarly conceptualisations of global cultural change.

31/01/2018

CYCLE - RECHERCHE, ARTS, PRATIQUES NUMERIQUES #15

Mercredi 31 janvier 2018, 10h00-13h00, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférence - entrée libre
Post-Cinema & Anthropologie, avec Pascal CESARO (Chercheur et documentariste, PRISM, Aix-Marseille Université / CNRS); Pierre FOURNIER (Sociologue, Laboratoire méditerranéen de sociologie, LAMES / Aix-Marseille Université / CNRS), Krista LYNES (Communication studies, Concordia University, Canada / IMéRA, Marseille)  et Jeff Daniel SILVA (Artiste-chercheur, Sensory Ethnographic Lab, (Harvard University), Centre Norbert Elias (CNE) AMU/EHESS/CNRS.
Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM

Pascal CESARO (Chercheur et documentariste, PRISM, Aix-Marseille Université / CNRS); Pierre FOURNIER (Sociologue, Laboratoire méditerranéen de sociologie, LAMES / Aix-Marseille Université / CNRS)
  • Sur les traces des atomistes. Un pas de côté pour un sociologue de terrain
A partir d'extraits du film documentaire Sur les traces des atomistes (Pascal Cesaro et Pierre Fournier, 90mn, 2016) nous reviendrons sur notre usage d'images d'archives comme outil de recherche en sciences sociales. Nous présenterons comment à partir d'une archive audiovisuelle issue d'une série de fiction de la fin des années 1960 mettant en scène la vie de travailleurs d’un centre nucléaire en Provence on espère mieux comprendre ce que veut dire venir travailler dans cette industrie. Montrer des extraits de ce feuilleton à des gens vivant aujourd’hui près du même centre, permet-il de dépasser les représentations abstraites du débat public sur ce sujet polémique ou le silence derrière lequel se retranchent parfois les personnes vivant près des centres nucléaires ? Cf. http://lesa.univ-amu.fr/?q=node/287.   
 
Krista LYNES (Communication studies, Concordia University, Canada / IMéRA, Marseille) 
  • Notes sur l’Index : penser le « réel » à l’ère numérique
La question de l’indexicalité des images-médias est devenu centrale dans les méthodes de recherche en sciences humaines autant que pour les formes d’art politique ou engagé, portant particulièrement sur leur capacité de rendre compte fidèlement de la vie sociale. De ce fait, le problème de l’indexicalité des images s’avère doublement épistémologique et éthique. Renvoyant à un pari risqué, toujours instable, le concept d’indexicalité est aujourd’hui malmené par les changements technologiques, culturels, économiques et politiques : passage des médias ‘analogues’ aux médias ‘numériques’ (avec la mutabilité inhérente de ces derniers) ; passage de la surface du monde visuel vers le ‘big data’ (et donc vers les paradigmes algorithmiques du réel, non plus liés au champ visuel, mais à la statistique). Il y a néanmoins toujours plus d’images en circulation, davantage de visualisations algorithmiques (‘beautiful data’), qui accompagnent la transformation du champ visuel en base de données. Ma présentation cherchera à explorer cette charge de l’indexicalité dans la recherche interdisciplinaire et artistique, elle sera centrée plus précisément sur les projets médiatiques entourant la ‘crise migratoire’ (Forensic Architecture, the Visual Social Media Lab, UNITED, ainsi que d’autres tactiques visuelles). Cf. https://imera.univ-amu.fr/fr/resident/krista-lynes.  
 
Jeff Daniel SILVA (Artiste-chercheur, Sensory Ethnographic Lab, (Harvard University), Centre Norbert Elias (CNE) AMU/EHESS/CNRS.
  • Linefork (2016) : Recherche visuelle et cinéma anthropologique
Membre correspondant du Centre Norbert Elias depuis décembre 2016. Jeff Silva est un réalisateur américain, professeur et programmeur originaire de Boston. Associé depuis son origine au Laboratoire d'Ethnographie Sensoriel (SEL) à Harvard University, Jeff Daniel Silva y a contribué aux côtés du fondateur et directeur Lucien Taylor au développement d’un programme d'études et de méthodologie appuyé sur la réalisation filmique. Ses travaux - réalisations et recherches anthropologiques - s’attachent à documenter plutôt qu’a expliquer et utilisent pour cela l'ambiguïté et la connaissance implicite. A l’articulation du cinéma documentaire et expérimental, sa communication mobilisera des extraits commentés du film Linefork (2016) et questionnera la part d’intimité dans la relation qu’entretien le documentariste avec son sujet.  Cf. ses films les plus récents "Linefork" (2016), "Ivan & Ivana" (2011) et "Balkan Rapsodies: 78 Measures of War" (2008) : http://www.jeffdanielsilva.com/main/cv.

Thématique du séminaire 
 
Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. 
Dans le  domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies que Digital Humanities.
Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.
Ce séminaire rassemblera des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui seront propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.
Chaque mois, des participants seront invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains feront part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.
Trois types de questions seront développés.
1) Il s’agira tout d’abord de voir comment, et jusqu’à quel point, ces pratiques et instruments transforment notre rapport au monde, nos méthodes de recherche, la construction de nos objets, la modélisation et la diffusion de notre connaissance et de nos oeuvres.
2) Nous nous interrogerons aussi sur l’impact des processus collaboratifs qu’impliquent les pratiques numériques entre chercheurs, artistes et professionnels. L’objectif est d’évaluer les apports que chaque démarche (scientifique, artistique, professionnelle) apporte aux autres.
3) Nous verrons enfin comment ces processus collaboratifs bouleversent les champs disciplinaires, les points de vue et les formes d’autorité qui organisent notre recherche et notre pratique et conduisent à repenser de manière créative de nouvelles formes de rencontre entre les disciplines scientifiques et entre celles-ci et les non-spécialistes.
Débuté en janvier 2016, ce séminaire fonctionne selon un rythme de rencontres mensuelles, d’une durée de trois heures.

Partenariat:
 
IMéRA - Institut Méditerranéen de Recherches Avancées (AMU)
Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS/AMU)
Institut de Recherche et d’Etudes sur le monde arabe et musulman (CNRS/AMU)
Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
Institut d’Ethnologie Mediterranéenne Européenne et Comparative (CNRS/AMU)
 
01/02/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #13 : Bruce Broomhall

Jeudi 1er février 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage - entrée sur invitation

L'exploitation de ressources naturelles en situation de conflit - quel rôle du droit international pour limiter l'implication des marchés internationaux?, par Bruce Broomhall (Professeur de droit pénal international à l'université du Québec à Montréal).

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents (suivi d'un déjeuner).


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

 

Du 02/02/2018 au 02/02/2018

Journée de lancement du Programme ERC Horn and Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages

Vendredi 2 février 2018, IMéRA - entrée sur invitation

Journée de lancement du programme ERC Horn and Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages (2017-2022).

Organisé par Julien Loiseau (historien, Professeur des universités au sein d’AMU et membre junior de l’Institut universitaire de France).


Contact: julien.loiseau@univ-amu.fr

02/02/2018

CYCLE DOCTORAL - Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global #1

Vendredi 2 février 2018, 10h-12h, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférences - entrée sur invitation

Acheter, emporter, désirer. Les biens, par Marcello Anselmo (histoire, AMU-TELEMMe UMR7303), Elisabetta Rosa (architecture/urbanisme, LOCI-CREAT, UCL Louvain)

Séminaire doctoral interdisciplinaire coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303), Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303)

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM


Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine. Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels. Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.). La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.

Calendrier des rencontres :

vendredi 2 février 2018, Acheter, emporter, désirer. Les biens,

par Marcello Anselmo (histoire, AMU-TELEMMe UMR7303), Elisabetta Rosa (architecture/urbanisme, LOCI-CREAT, UCL Louvain)

mardi 20 février 2018, Aimer, se marier. Familles et couples à distance

par Laura Odasso (sociologie, LabexMed, TELEMMe UMR7303)

mardi 20 mars 2018, Construire. L’immobilier dans les pays d’émigration

par Anna Perraudin (géographie, CITERES UMR7324), Assaf Dahdah (géographie, - LEST UMR7317)

lundi 16 avril 2018, Mettre de côté et envoyer. Les remises des émigrés

par Stéphane Mourlane (histoire, AMU-TELEMMe UMR7303), Virginie Baby-Collin (géographie, AMU-TELEMMe UMR7303)

vendredi 18 mai 2018, Se parler, se filmer. Les technologies de la distance

par Dana Diminescu (sociologie – Telecom ParisTech)

juin 2018 (date à fixer), Travailler. Un marché multi-situé

par Juana Moreno Nieto (anthropologie sociale, LabexMed – LEST UMR7317), Emmanuelle Hellio (sociologie, LabexMed-MuCEM, LEST UMR7317)


Contact: eleonora.canepari@univ-amu.fr

08/02/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #14 : Carla Makhlouf

Jeudi 8 février 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage - entrée sur invitation

L’hypertension : épidémiologie, anthropologie et interdisciplinarité, par Carla Makhlouf (Professeur, Dept of Epidemiology and Population Health, et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut)

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents (suivi d'un déjeuner).


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

09/02/2018

SEMINAIRE/ATELIER ART-SCIENCE D’EXPERIMENTATION INTERDISCIPLINAIRE sur les problématiques de nature et d’écologie

Vendredi 9 février 2018, de 10h à 17h, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - ENTREE LIBRE SUR INSCRIPTION

"SEMINAIRE/ATELIER ART-SCIENCE D’EXPERIMENTATION INTERDISCIPLINAIRE sur les problématiques de nature et d’écologie", proposé et animé par Aline Veillat (artiste & résidente IMéRA 2016-2017)

Organisé par l’Institut d'études avancées d'Aix-Marseille (IMéRA, AMU) en partenariat avec l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE – AMU, CNRS), le Centre Norbert Elias (AMU, EHESS, CNRS, Univ. Avignon), l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Marseille Méditerranée et l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence.

Module proposé par le Collège doctoral d’AMU comme « séminaire transversal » et donnant lieu à la validation de crédits par les doctorants.


Contexte/thématique

Les enjeux climatiques et écologiques conduisent à la nécessité de se questionner ensemble, entre disciplines, pour décloisonner les savoirs afin d’inventer de nouvelles formes de penser. Dans ce contexte, ce séminaire/atelier de questionnement interdisciplinaire portera plus précisément sur des problématiques de nature et d’écologie, idéalement en lien avec le sol vivant et son environnement. Ce séminaire se veut expérimental et ouvert. Il a pour but de permettre aux étudiants de se frotter à l’interdisciplinarité en travaillant par groupe interdisciplinaire sur un projet ou questionnement commun, avec l’aide d’un intervenant.

Public

Ouvert aux étudiants doctorants en sciences de la terre et de l’environnement (pédologie et disciplines afférentes), aux étudiants doctorants en anthropologie (question de la nature, de l’animal, de la technique), et aux étudiants diplômants de l’école d’Art de Marseille et de l’école d’Art d’Aix en Provence, afin de constituer lors de la première session du séminaire des groupes de travail interdisciplinaires avec un étudiant par discipline.

Niveau et sélection

Doctorants : 10 étudiants maximum, sélectionnés sur lettre de motivation et rencontre avec l’artiste. La lettre est à envoyer à Aline Veillat avant le 22 décembre 2017 - aveillat@hotmail.com.

Périodicité

5 sessions d’une journée par semaine (10h-17h). DATES : 9, 16, 23 février et 9, 16 mars

Localisation

La première session aura lieu à l’IMéRA (2 place Le Verrier, 13004 Marseille) ; les sessions suivantes pourront avoir lieu dans des espaces différents, spécifiés d’une fois sur l’autre en fonction des besoins ou propositions des participants : IMéRA, laboratoire, école d’art, extérieur (dans le périmètre Aix-Marseille).

Objectifs

* Enquêter, expérimenter et progresser ensemble, par petits groupes interdisciplinaires entre art plastique et sciences (de la terre et de l’environnement, mais aussi anthropologie de la nature et des techniques) autour de questions précises propres à chaque groupe de participants.

* Gagner en flexibilité de penser, aller vers une hybridation des savoirs. Gagner en ouverture et en qualité d’écoute à des points de vue et des visions du monde différents.

* Grâce à un intervenant, découvrir des outils méthodologiques pour organiser et faciliter le dialogue, l’écoute, l’élargissement et l’adaptation du langage, l’attention, l’expérimentation hybride art/sciences notamment.

* Découvrir et inventer des modes de monstration pour présenter les processus de travail hybrides au terme du séminaire ou quelques mois plus tard dans une présentation commune dont la forme précise restera à définir.

Compétences visées à l'issue de la formation

Plus grande capacité à l’interdisciplinarité : capacité à l’écoute et à l’adaptation du discours ; ouverture à envisager de nouvelles méthodologies ; une palette d’outil de communication élargie ; découverte de nouveaux angles d’attaques pour sa propre problématique ; vers une plus grande flexibilité, adaptabilité et créativité.

Déroulement du séminaire

Après une présentation brève des différents participants, création des groupes de travail interdisciplinaires et définition des projets ou questionnements pour chaque groupe (première séance).

Puis à chaque séance, présentation par l’invité de son travail de recherche, suivie d’une présentation rapide par les différents groupes de l’avancement de leurs réflexions sur leur sujet ; puis discussion ; enfin travail de chaque groupe sur son projet d’enquête et de questionnement avec l’aide de l’invité et de l’artiste organisatrice.

Choix d’un nouveau lieu pour la séance suivante en fonction des besoins et souhaits particuliers de l’intervenant ou des étudiants - (ceci, dans la mesure du possible).

Programme/Méthode

Ce séminaire se veut expérimental et ouvert. Le temps du travail investi est celui des cinq sessions du séminaire (i.e. sans travail en dehors des sessions).

L’intervenant a pour rôle de favoriser le dialogue entre les disciplines et de cerner et révéler des spécificités propres à chacune d’entre elles. Qu’il soit dramaturge (l’écoute, le regard, l’attention), ou artiste visuel, artiste art/sciences, designer, ou curateur (expérience de l’interdisciplinarité, création singulière, variétés des modes de monstrations), ou encore scientifique (approche et expérience originale), il apporte sa contribution par une démarche alternative et personnelle, et par son expérience particulière de l’interdisciplinarité.

Les étudiants pourront ainsi prendre la pleine mesure des différents regards et des différentes approches sur le monde, inhérents aux disciplines ; ils pourront aussi percevoir et intégrer des problématiques liées au langage et à l’écoute.

Pour ce travail en groupe interdisciplinaire, l’accent sera mis sur le processus plus que sur le rendu ou le résultat escompté, bien qu’il sous-tende les démarches. Plus précisément, chaque groupe travaillera durant chaque séance sur son propre projet. Les productions (output) de chaque étape du processus et leurs formats ou modes de présentation, seront aussi envisagés comme expérimentaux. Ces outputs pourront rester sous la forme de croquis, graphiques, story-board, notes, sous forme papier, numérique, ou audio-visuel, ou autres formes à inventer.


Contact : aveillat@hotmail.com - http://alineveillat.com/

13/02/2018

CYCLE DOCTORAL - Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire #5

Mardi 13 février 2018, 14h-17h, IMéRA, Maison des Astronomes - entrée libre

L’analyse des réseaux en histoire : comment constituer des données de réseaux à partir de sources écrites, et comment prendre en compte le passage du temps, par Claire Lemercier (Histoire, CSO Paris).

Organisé par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence) et Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS, directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l'IMéRA).

DOCTORANTS : inscription sur le site de la Direction de la Formation doctorale AMU- ADUM

Les analyses de réseaux se développent dans toutes les disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, gestion, science politique, anthropologie, linguistique, psychologie sociale…). Elles s’étendent actuellement de plus en plus en mathématiques (théorie des graphes), en biologie (épidémiologie, neurosciences…), en physique, en sciences des données, en informatique, en étude des systèmes complexes…

L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. L’étude précise de sa structure (dense, segmentée, dispersée, hiérarchique, modulaire…) est cruciale pour bien des questions posées dans différentes disciplines scientifiques, et se prête particulièrement bien aux échanges interdisciplinaires. Elle permet de dépasser l’approche statique et morphologique qui raisonne en termes de groupes, de corps et d’appartenances. Elle ne s’y oppose pas mais propose un point de vue complémentaire, souvent plus dynamique. L’analyse de réseaux peut être au cœur d’une démarche de recherche, mais peut aussi n’en constituer qu’une partie, à côté d’autres approches qualitatives ou quantitatives.

Il s’agira ici d’exposer et d’appliquer les apports de l’analyse des réseaux. Nous envisagerons ses spécificités théoriques, expliciterons les indicateurs pertinents dans la description et l’analyse des réseaux, détaillerons des méthodes de construction empirique des données, proposerons des méthodes d’analyse en fonction de l’objet de la recherche, et présenterons quelques outils logiciels.


Contact : claire.bidart@univ-amu.fr
13/02/2018

Les Rendez-Vous de demain #4 : Quelles énergies et quel développement durable ?

Mardi 13 février 2018 à 19h au Théâtre du Gymnase (4 Rue du Théâtre Français, 13001 Marseille) - entrée libre

Quelles énergies et quel développement durable ?, avec Raouf Boucekkine (économiste, directeur de l’IMéRA, coordinateur d’un programme de recherche sur les énergies en Méditerranée) & Alain Gachet (physicien et ingénieur des mines, fondateur de Watex (Water Exploitation) et auteur de « L’ homme qui fait jaillir l’eau du désert », JC Lattès, 2015).

Les Rendez-Vous de demain, six grands moments à partager et à retrouver en public, au cours du second cycle 2017/2018, les mardis entre 19h et 21h, au théâtre du Gymnase à Marseille. (Entrée libre)

Les Rendez-Vous de demain, ou comment les sciences peuvent éclairer l’avenir.

Les Rendez-vous de demain, un lieu pour questionner notre temps et rechercher une nouvelle intelligence du monde.

Les Rendez-Vous de demain, ou comment faire circuler de la connaissance dans l’espace public.

Les Rendez-Vous de demain, ou comment mieux comprendre les grands enjeux de notre temps, à partir de savoirs scientifiques rendus enfin accessibles.

Quoi de mieux qu’un grand théâtre tel que le théâtre du Gymnase à Marseille, inscrit en plein centre- ville, pour accueillir de tels Rendez-Vous en public ?

Chacune de ces soirées sera animée par Stéphane Paoli. Journaliste, qui a longtemps porté les plus grandes émissions de France Inter. Accoucheur d’idées et raconteur d’histoires, il va amener de grandes personnalités scientifiques à partager leurs savoirs et inviter à de vrais débats.

Un 1er cycle, Sciences et avenirs à eu lieu pour le lancement de ces Rendez-Vous de demain, en octobre, novembre et décembre 2017.

Le 2ème cycle, Demain la Méditerranée, programmé en 2018 démarre le mardi 13 février 2018, suivi de deux autres dates (13 mars et 24 avril 2018).

Les Rendez-Vous de demain sont produits par l’IMéRA et le théâtre du Gymnase, avec le soutien du RFIEA (Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées) et de la Fondation A*MIDEX, qui porte l’initiative d’excellence d’Aix-Marseille Université.


Twitter : @RDVdemain / Facebook : @RdVdedemain

 

15/02/2018

CYCLE - Styles de vie en Méditerranée #2

Jeudi 15 février 2018, 16h - 19h, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférence - entrée libre

Un style, des styles de vie « musulmans », Rencontre avec Nilüfer Göle (sociologue, directrice d’études à l’EHESS)

Rencontre dans le cadre du séminaire mensuel "Styles de vie en Méditerranée" organisé par Marielle Macé (directrice d'études à l'EHESS) et Thierrry Fabre (directeur du programme Méditerranée de l'IMéRA).

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM


Comment vivre ? Et comment vit-on, ici, ailleurs ? Ces questions nous serviront de fil conducteur tout au long de ce nouveau cycle de recherche qui se propose de questionner, à partir de plusieurs angles de vue, les styles de vie en Méditerranée. C’est à l’échelle de la Méditerranée que nous proposons un champ d’analyse comparée qui permet, à partir d’un « monde », ou plutôt d’un « entre-mondes », d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Alors que nos modes de vie, nos rythmes de vie, nos styles de vie sont appelés à se transformer, ce cycle de recherche se propose d’apporter un éclairage nouveau pour tenter de mieux comprendre le monde tel qu’il va, et le monde méditerranéen, en particulier. L’attention aux formes du vivre indique effectivement une vie redevenue faculté et c’est bien cette « marge humaine » que nous allons rechercher, à travers des regards singuliers et la parole d’invités prestigieux qui vont nous faire partager leur expérience et leur pensée. Styles de vie, un nouveau Rendez-Vous, en 2018, du programme Méditerranée de l’IMéRA, proposé par Marielle Macé et Thierry Fabre.


Programme :

1/ 18 Janvier 2018 : Ouverture, « Questions de styles »

Avec Marielle Macé (directrice d’études à l’EHESS) et Thierry Fabre (directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA)

2/15 Février 2018: Un style, des styles de vie « musulmans »

Rencontre avec Nilüfer Göle (sociologue, directrice d’études à l’EHES)

3/ 15 Mars 2018: Le pistage comme forme d'attention: du terrain à l'histoire de l'art

Rencontre avec Baptiste Morizot (philosophe, Aix-Marseille Université) et Estelle Zhong Mengual (historienne de l'art, Aix –Marseille Université)

4/ 5 Avril 2018: Styles de vie, façons de manger et questions d’obésité en Méditerranée

Rencontre avec Valeria Siniscalchi (anthropologue, maitre de conférences à l’EHESS), Pierre Giannetti (maître cuisinier) et Henri de Pazzis ( fondateur de ProNatura, spécialiste en agriculture biologique, écrivain)

5/ 18 Mai 2018: « La compagnie des fantômes », styles de vie et mémoires coloniales

Rencontre avec Kader Attia (artiste, plasticien, Prix Marcel Duchamp 2016) et Fethi Benslama (psychanalyste, professeur à Paris VII)

Projection de « Réfléchir la mémoire », de Kader Attia, prix Marcel Duchamp 2016.

6/ 14 juin 2018: “Made in Italy”, art de vivre et modèle de consommation

Rencontre avec Daniele Balico (essayiste, chargé de conférences à l’EHESS)

16/02/2018

INTERNATIONAL WORKSHOP - Synthetic elemental silicene-like materials

Vendredi 16 février 2018, 9h-17h, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - entrée sur invitation

International Workshop on synthetic elemental silicene-like materials, organisé par le Laboratoire PIIM (CNRS, AMU)

Participants:

Vibrational signature of silicene, par Patrick Vogt, TU Chemnitz (Germany).

Multilayer silicene, par Paola De Padova, IMéRA fellow 2015-2016, ISM CNR, Rome (Italy).

Real-space observation of 1D- and 2D silicene structures on silver, par Rémy Pawlak UNIBAS, Basel (Switzerland).

Epitaxial silicene on ZrB2(0001): Fabrication and properties, par Antoine Fleurence JAIST, (Japan).

Raman and STM investigation of air-stable silicene nanosheets on an inert graphite surface, par Maurizio Decrescenzi, Univ. Roma II (Italy).

Pentagonal Si-NRs on Ag(110), par Jorge Iribas Cerda, ICMM, CSIC, Madrid (Spain).

New members of elemental 2D materials: square selenene and tellurene, par Lede Xian, MPSD, Hamburg (Germany).

Alpha and Beta Silicenes: Hydrogenation and Nanoscale Coating Performance, par Hasan Sahin Izmir, (Turkey).

DFT study on structures of silicene on Al(111), par Fadil Liyakanat Izmir, (Turkey).

Hydrogenation of epitaxial graphene and silicene, par Thierry Angot, PIIM, CNRS, Aix-Marseille Univ.

Planar epitaxial stanene, par Guy Le Lay, PIIM, CNRS, Aix-Marseille Univ.

 

20/02/2018

CYCLE DOCTORAL - Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global #2

Mardi 20 février 2018, 10h-12h, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférences - entrée sur invitation

Aimer, se marier. Familles et couples à distance, par par Laura Odasso (sociologie, LabexMed, TELEMMe UMR7303)

Séminaire doctoral interdisciplinaire coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303), Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303)

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM


Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine. Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels. Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.). La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.

Calendrier des rencontres :

vendredi 2 février 2018, Acheter, emporter, désirer. Les biens,

par Marcello Anselmo (histoire, AMU-TELEMMe UMR7303), Elisabetta Rosa (architecture/urbanisme, LOCI-CREAT, UCL Louvain)

mardi 20 février 2018, Aimer, se marier. Familles et couples à distance

par Laura Odasso (sociologie, LabexMed, TELEMMe UMR7303)

mardi 20 mars 2018, Construire. L’immobilier dans les pays d’émigration

par Anna Perraudin (géographie, CITERES UMR7324), Assaf Dahdah (géographie, - LEST UMR7317)

lundi 16 avril 2018, Mettre de côté et envoyer. Les remises des émigrés

par Stéphane Mourlane (histoire, AMU-TELEMMe UMR7303), Virginie Baby-Collin (géographie, AMU-TELEMMe UMR7303)

vendredi 18 mai 2018, Se parler, se filmer. Les technologies de la distance

par Dana Diminescu (sociologie – Telecom ParisTech)

juin 2018 (date à fixer), Travailler. Un marché multi-situé

par Juana Moreno Nieto (anthropologie sociale, LabexMed – LEST UMR7317), Emmanuelle Hellio (sociologie, LabexMed-MuCEM, LEST UMR7317)


Contact: eleonora.canepari@univ-amu.fr

20/02/2018

Cycle doctoral "Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire" #6

Mardi 20 février 2018, 14h-17h, IMéRA, Maison des Astronomes - entrée libre

La dynamique des réseaux d'interaction entre circuits neuronaux: du connectome au chronnectome, par Demian Battaglia, neurosciences théoriques et des systèmes, Institut de Neurosciences des Systèmes, Aix-Marseille Université).

Organisé par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence) et Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS, directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l'IMéRA).

DOCTORANTS : inscription sur le site de la Direction de la Formation doctorale AMU- ADUM

Les analyses de réseaux se développent dans toutes les disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, gestion, science politique, anthropologie, linguistique, psychologie sociale…). Elles s’étendent actuellement de plus en plus en mathématiques (théorie des graphes), en biologie (épidémiologie, neurosciences…), en physique, en sciences des données, en informatique, en étude des systèmes complexes…

L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. L’étude précise de sa structure (dense, segmentée, dispersée, hiérarchique, modulaire…) est cruciale pour bien des questions posées dans différentes disciplines scientifiques, et se prête particulièrement bien aux échanges interdisciplinaires. Elle permet de dépasser l’approche statique et morphologique qui raisonne en termes de groupes, de corps et d’appartenances. Elle ne s’y oppose pas mais propose un point de vue complémentaire, souvent plus dynamique. L’analyse de réseaux peut être au cœur d’une démarche de recherche, mais peut aussi n’en constituer qu’une partie, à côté d’autres approches qualitatives ou quantitatives.

Il s’agira ici d’exposer et d’appliquer les apports de l’analyse des réseaux. Nous envisagerons ses spécificités théoriques, expliciterons les indicateurs pertinents dans la description et l’analyse des réseaux, détaillerons des méthodes de construction empirique des données, proposerons des méthodes d’analyse en fonction de l’objet de la recherche, et présenterons quelques outils logiciels.


Contact : claire.bidart@univ-amu.fr

22/02/2018

CYCLE - Recherches numériques – humanité numériques #1

Jeudi 22 février 2017, 14h-18h, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage, entrée libre

Incidences sociologiques économiques, politiques et juridiques du numérique, avec Véronique Ginouvès (archiviste, MMSH),Sylvia Girel (sociologie LAMES AMU) & Marie Charlotte Belle (A propos Développement).

Résumé: De quelle manière les analyseurs automatiques de big data et les outils médiatiques numériques transforment-ils les relations sociales, sont-ils dépendants de modèles économiques et modifient-ils les conditions juridiques de la recherche ?

Cycle organisé par Pierre Livet dans le cadre du programme Rencontres Sciences et Humanités de l'IMéRA.


Contact: pierre.livet@univ-amu.fr

15/03/2018

CYCLE - Recherches numériques – humanité numériques #2

Jeudi 15 mars 2018, 14h-18h, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - entrée libre

Numérique, visualisation et recherches sur images, en histoire, littérature et étude des médias, par Bernard Cousin (Pr. Emérite, Historien, AMU), Eric Carroll (ingénieur de recherche CNRS, MMSH), Stéphane Lojkine (Pr, Littérature, CIELAM), Krista Lynes (résidente Iméra, chaire d’études féministes des médias, Concordia).

Résumé: De quelle manière l’organisation de bases d’images comme celle des ex-votos ou celle d’Utpictura18 ouvre-t-elle des pistes de recherche en histoire et littérature? Quelles bases numériques pour l’analyse des visualisations peut-elle mobiliser ?

Cycle organisé par Pierre Livet dans le cadre du programme Rencontres Sciences et Humanités de l'IMéRA.


Contact: pierre.livet@univ-amu.fr

10/04/2018

CYCLE - Recherches numériques – humanité numériques #3

Mardi 10 avril 2018, 10h-18h, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - entrée libre

Histoire, sociologie, géographie… les SHS étudient le numérique, par Valérie Shafer (historienne, ISCC et Université du Luxembourg), Frédéric Clavert (ingénieur de recherches (Labec EHNE, Sorbonne universités), Dana Martin (études germaniques, Université de Clermont-Ferrand), Sébastien Oliveau (géographie, démographie, LAMES, AMU), Isabelle Blöss-Widmer, (sociologue, LAMES, AMU), Sophie Gebeil (historienne, AMU).

Résumé: Les sciences humaines et sociales non seulement utilisent le numérique et construisent des systèmes de données, mais elles prennent pour objets de leurs recherches propres le numérique et son histoire, ainsi que l’histoire du Web, et finalement les modes de recherches numériques.


Contact: pierre.livet@univ-amu.fr