Twitter Imera

Agenda - Archives

12/12/2018

PROJECTION de "Ivan and Ivana" (2011) par Jeff Silva

Mercredi 12 décembre 2018, à 18h, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférences - entrée libre

Projection de "Ivana and Ivana" par Jeff Silva (Harvard Film Study Center Fellow & Sensory Ethnography Lab Affiliate)

Ivan and Ivana (2011) 81 minutes by Jeff Silva


 

12/12/2018

CYCLE - RECHERCHE, ARTS, PRATIQUES NUMERIQUES #20

Mercredi 12 décembre 2018, 10h - 13h, IMéRA, Maison des Astronomes; salle de conférences - entrée libre

Drone-art : Enquêter avec Jules. Retours sur l’expérience des dronards à Villeurbanne

Avec la participation de :

Gaëtan BAILLY (photographe-vidéaste), Jeanne DROUET (anthropologue, Centre Max Weber (UMR 5283), Adelin SCHWEITZER (artiste - performances et nouvelles technologies), Marie-Thérèse TÊTU (socio-anthropologue, Centre Max Weber (UMR 5283), Pina WOOD (artiste, performeuse, dramaturge et interprète).

Comité d’organisation :
Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias - CNRS/AMU/EHESS), Anna Guilló (LESA, AMU), Manoël Pénicaud (IDEMEC, CNRS/AMU), Cédric Parizot (IREMAM,CNRS/AMU)

Enquêter avec Jules. Retours sur l’expérience des dronards à Villeurbanne
Les Dronards est un collectif d’artistes pluridisciplinaire fondé en 2014. Il est rejoint par deux socio-anthropologues lorsqu’il « atterrit » à Villeurbanne, en juillet 2017. L’épisode villeurbannais s’articule autour de la dérive urbaine de Jules, un rover (engin roulant télécommandé) équipé d’une caméra légère, dans deux quartiers de la ville, Grand Clément et Bel-Air-Les-Brosses.
Le matériau produit durant l’été 2017,- soit de courtes pastilles vidéos retraçant les pérégrinations de Jules et ses acolytes, jour après jour -, nous servira de base ou tremplin pour dégager les multiples enjeux du projet. Chaque intervenant, artiste ou chercheur, ouvrira un ou deux axes de réflexion qui lui semble prépondérant sur la base d’un extrait projeté. Où il sera question des modalités spécifiques de l’enquête, des modes de rencontre et d’interaction, de différents « points de vue filmiques », de l’interaction homme-machine, etc. Ce retour d’expérience s’ouvrira sur un échange autour et en présence de Jules. 


Thématique du séminaire

Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique.
Dans le  domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies que Digital Humanities.
Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.
Ce séminaire rassemblera des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui seront propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.
Chaque mois, des participants seront invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains feront part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.
Trois types de questions seront développés.
1) Il s’agira tout d’abord de voir comment, et jusqu’à quel point, ces pratiques et instruments transforment notre rapport au monde, nos méthodes de recherche, la construction de nos objets, la modélisation et la diffusion de notre connaissance et de nos oeuvres.
2) Nous nous interrogerons aussi sur l’impact des processus collaboratifs qu’impliquent les pratiques numériques entre chercheurs, artistes et professionnels. L’objectif est d’évaluer les apports que chaque démarche (scientifique, artistique, professionnelle) apporte aux autres.
3) Nous verrons enfin comment ces processus collaboratifs bouleversent les champs disciplinaires, les points de vue et les formes d’autorité qui organisent notre recherche et notre pratique et conduisent à repenser de manière créative de nouvelles formes de rencontre entre les disciplines scientifiques et entre celles-ci et les non-spécialistes.
Ce séminaire fonctionne selon un rythme de rencontres mensuelles, d’une durée de trois heures.

Partenariat:
IMéRA - Institut Méditerranéen de Recherches Avancées (AMU)
Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS/AMU)
Institut de Recherche et d’Etudes sur le monde arabe et musulman (CNRS/AMU)
Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
Institut d’Ethnologie Mediterranéenne Européenne et Comparative (CNRS/AMU)
Laboratoire d’études en sciences des arts (AMU)

11/12/2018

PROJECTION de "Linefork" (2016) par Jeff Silva

Mardi 11 décembre 2018, à 20h30, Casa Consolat (1 Rue Consolat, 13001 Marseille) - entrée libre

Projection de Linefork (2016), par Jeff Silva (Harvard Film Study Center Fellow & Sensory Ethnography Lab Affiliate)

LINEFORK (2016) 96 minutes By Jeff Silva & Vic Rawlings
address: Casa Consolat - 1 Rue Consolat, 13001 Marseille (Métro 1 or Tram 2 Réformés Canebière)


 

Du 06/12/2018 au 07/12/2018

CONFERENCE ANNIVERSAIRE - Vie et mort de l'islam libéral ?

6 et 7 décembre 2018, 14h-17h et 9h-18h30, IMéRA, Maison des astronomes - Entrée libre

Conférence anniversaire des 10 ans de l'IMéRA - Programme Méditerranée - Vie et mort de l'islam libéral ?

L'IMéRA célèbre son 10ème anniversaire au cours de cette année académique 2018-2019. En cette occasion, l'institut organise une série de conférences couvrant les grands thèmes de ses quatre programmes (Art, science et société ; Méditerranée ; Interdisciplinarité, et  Phénomènes globaux et régulation).

Vie et mort de l'islam libéral ?

Il y a eu un moment moderne de l'islam : selon Nadine Picaudou, il se situe entre les années 1860 et 1930 où l'islam devient un régime de croyances et de pratiques qui s'objectivent dans les univers politique et social. Le problème majeur de l’Islam fut, pour Ismail Kara, la confrontation avec la modernité. Face aux paradigmes scientistes ou civilisationnels, dans un contexte de colonisation et d’impérialisme, la modernité musulmane cherche sa voie dans la jungle des libéralismes, individualismes, autoritarismes. Le musulman se transforme en islamiste dans un contexte de confrontation - ce n’est qu’au début du 20e siècle qu’on inventera le mot « islamisme » dans un contexte fortement nationaliste. Notre conférence essaiera de revisiter cette période cruciale à travers l’activité de ses acteurs-intellectuels et surtout, à travers le prisme des concepts qui circulent et se transforment, donnant accès à des pratiques conservatrices ou novatrices.

Programme :

6 décembre

14h: Opening remarks by Raouf Boucekkine, Thierry Fabre and Levent Yilmaz

14h30 : Alp Eren Topal (Post-doctoral researcher, Gerda Henkel Stiftung) : « Prologue to Islamic Modernism: Ottoman Reform and Muslim Tradition 1770-1850 »

15h : Özgür Türesay (EPHE, PSL) : « Les mots de la “réforme” dans la gazette officielle ottomane au début des années 1830 »

Debates

15h45 : Coffee break (15 mn)

16h : Mohamed Sghir Janjar (Fondation du Roi Abdul Aziz) : « Islam libéral ou réformisme islamique ! »

16h30 : Yadh Ben Achour (Tunis University/IMéRA) : « L'islam libéral : cet immortel »

17h : Debates

 

7 décembre (matinée)

09.00 : Aziz al-Azmeh (CEU) : « "Protestantism, Muslim reform and the limits of reform »

09h30 : Mohamed Haddad (University of Carthage) : « Islam libéral: les raisons du déclin et les possibilités d'une relance »

10h : Debates

10.30 : Coffee break ( 15 mn)

10.45 : Selim Karlitekin (Columbia University) : « Colonial Blessings in Disguise: Syed Ahmed Khan between Emancipation and Reform »

11h15 : M. Noureddine Affaya (IMéRA) : « Paradoxes du libéralisme dans la pensée arabe »

11h.45 : Erdal Kaynar (Strasbourg University) : « Corriger l’universalisme : la naissance de la critique ottomane de l’Occident du libéralisme du XIXe siècle »

12h15 : Debates

13h : Lunch

(session de l'après-midi)

14.30 : Nadia al-Bagdadi (CEU) : « Contesting narratives of Order? Ideas of change, reform and revolution in modern Arab thought »

15h Ömer Faruk Köksal (Heidelberg University) : « La sémantique et l’usage des contre-concepts dans l’Empire ottoman tardif (1910-1914) »

15h30 : Debates

15h45 : Coffee break (15 mn)

16h : Augustin Jomier (Inalco) : « Pourquoi parler de réforme ? Circulations et ambiguïtés d’un label dans l’Algérie coloniale »

16h30 : Leïla Tauil (University of Geneva/IMéRA) : « Pouvoir politique et Autorité spirituelle en islam : Ali Abderraziq penseur de la sécularisation »

17h : Dilek Sarmış (EHESS, CETOBAC) : « Une “modernité conservatrice” ? Les intellectuels turcs des années 1920-1930, acteurs précoces d’une normalisation religieuse »

17h30 : Debates

18h 15 : Closing remarks

18h30 : End

 

 

 

04/12/2018

CYCLE - Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire #3

Mardi 4 décembre 2018, 14h-17h, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

« Fouille et modélisation de réseaux biologiques pour mieux comprendre les pathologies génétiques », par Anaïs Baudot (bio-informatique, Marseille Medical Genetics, Inserm, Marseille).

Cours doctoral dans le cadre du cycle "Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire", organisé par Claire Bidart (Sociologue, Directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-Marseille Univ, CNRS) & Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS) en partenariat avec l'IMéRA et le Collège doctoral d'Aix-Marseille Université.

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM

OBECTIFS : Les analyses de réseaux se développent dans toutes les disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, archéologie, géographie, gestion, science politique, anthropologie, linguistique, psychologie, éthologie…). Les réseaux interviennent également dans les travaux en mathématiques (théorie des graphes), en biologie (épidémiologie, réseaux de neurones…), en physique, en informatique, en étude des systèmes complexes… Dans ce séminaire seront présentés les apports des analyses de réseaux dans différentes disciplines en montrant leurs points communs et leurs spécificités, à partir de recherches empiriques. Les personnes qui ont déjà suivi ce séminaire les années précédentes restent bienvenues : à part la séance d’introduction, les autres introduisent les travaux d’autres disciplines que celles présentées auparavant. L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. L’étude précise de sa structure (dense, segmentée, dispersée, hiérarchique, modulaire…) est cruciale pour bien des questions posées dans différentes disciplines scientifiques, et se prête particulièrement bien aux échanges interdisciplinaires. Elle permet de dépasser l’approche statique et morphologique qui raisonne en termes de groupes, de corps et d’appartenances. Elle ne s’y oppose pas mais propose un point de vue complémentaire, souvent plus dynamique. L’analyse de réseaux peut être au cœur d’une démarche de recherche, mais peut aussi n’en constituer qu’une partie, à côté d’autres approches qualitatives ou quantitatives. Il s’agira ici d’exposer et d’appliquer les apports de l’analyse des réseaux. Nous envisagerons ses spécificités théoriques, expliciterons les indicateurs pertinents dans la description et l’analyse des réseaux, détaillerons des méthodes de construction empirique des données, proposerons des méthodes d’analyse en fonction de l’objet de la recherche. Public concerné : Tous doctorants mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et autres personnes intéressées.

Lieu : IMéRA, Institut d’études avancées, Maison des astronomes, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille (http://imera.univ-amu.fr/)

Programme : 8 modules de formation de 3 heures chacun

4. Mardi 8 janvier 2019, 14h-17h : "Apport méthodologique de la science des réseaux pour l'analyse de corpus de documents juridiques", Fabien Tarissan, informatique, Institut des Sciences sociales du
Politique, ENS Paris-Saclay.

5. Mardi 5 février 2019, 14h-17h : « Réseaux de parenté, résidentiels et migratoires », Klaus Hamberger, anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, EHESS Paris.

 6. Mardi 12 mars 2019, 14h-17h : Sociologie : « Réseaux familiaux : questions de recherche et approches empiriques », Eric Widmer, sociologie, Université de Genève.

 7. Mardi 2 avril 2019, 14h-17h : Archéologie : « Network science applied to archaeological research : visual signalling networks in the Himalayas and socio-economic networks in the Roman Empire », Tom Brughmans, School of Archaeology, University of Oxford. Séminaire en anglais.

 8. Vendredi 24 mai 2019, 14h-17h : Table ronde : « Dynamics of Ego-networks and life events », séminaire de sortie de résidence Team IMéRA.


Contact : claire.bidart@univ-amu.fr

04/12/2018

Community Building Seminar avec Gerhard Haupt

Mardi 4 décembre 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage - entrée sur invitation

DOES VIOLENCE WORK ?

Résumé : The seminar will analyse the effect of anarchist violence between 1875 and 1900 in France, Germany and Italy and ask whether violence was an effective and succesful means of changing politics and society.

Discutant : Mohammed Noureddine Affaya


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

30/11/2018

CONFÉRENCE - Comment lier sciences et sociétés : un parcours diplomatique au service de la diffusion scientifique

Vendredi 30 novembre 2018, 9h30 - 12h30, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Comment lier sciences et sociétés : un parcours diplomatique au service de la diffusion scientifique, par le Dr José Franco (Dirección General de Divulgación de la Ciencia, México), dans le cadre du cycle  « Parcours Interdisciplinaires »

Résumé : S’appuyant sur son parcours en tant qu’astrophysicien, Directeur de l’Institut d’Astronomie Mexicaine (2003-2010), Président de l’Académie des sciences du Mexique (2012-2914) et sa fonction actuelle de Directeur de la diffusion des sciences de l’Institut d’Astronomie du Mexique, parcours à la fois scientifique, politique et diplomatique solide, José Franco, défendra l’idée selon laquelle la science doit sortir de sa tour d’Ivoire, qu’elle doit aller à la rencontre des citoyens, et établir un dialogue avec eux. Il est convaincu que la science est une des clés du développement d’un pays, et qu’elle doit s’attacher à résoudre les problèmes des citoyens de ce pays. Il questionnera la place et le rôle des scientifiques qui laissent se développer un marché d’intermédiaires, de bureaux d’études privés et de conseils techniques et scientifiques qui s’adressent directement aux politiques et en particulier, aux parlementaires nationaux.


Dr. José Franco

Diplômé d’un doctorat de Physique de l’Université du Wisconsin-Madison, Dr. José Franco est professeur d’astrophysique à l’Instituto de Astronomía de l’UNAM (Université Nationale Autonome du Mexique), spécialisé dans l’étude du milieu interstellaire. Son parcours est marqué par la présidence de l’IAUNAM (2002-2010), puis celle de l’Académie Mexicaine des Sciences (2012-2014). Sa recherche scientifique et son engagement pour la Science lui ont valu de nombreuses distinctions nationales et internationales (Prix de l’UNAM 2002, Prix de la recherche de la Société Mexicaine de Physique 2009, Palmes académiques 2011, Médaille de la Société astronomique 2011, Ordre national du mérite 2014). Actuellement à la tête de la Dirección General de Divulgación de la Ciencia (DGDC), José Franco s’est imposé comme l’un des principaux ambassadeurs et promoteurs de la Science au Mexique, avec l’organisation de grands événements de rencontre entre Science et public non scientifique, comme l’International Year of Astronomy à Mexico en 2009 ou encore de la Nuit des Etoiles au Mexique. Son action vise également à promouvoir le dialogue entre Sciences, Cultures et Arts au travers de diverses initiatives, comme l’organisation du Festival national du Savoir.


Contacts : annabelle.gallin@univ-amu.fr / chantal.aspe@univ-amu.fr

29/11/2018

Conférence - L'Islam face au défi des temps modernes : Sur le concept d'orthodoxie de masse.

Jeudi 29 novembre de 18h à 20 h - IMéRA, salle de conférence de la Maison des astronomes, 2 place Leverrier 13004 Marseille 

Rendez-Vous 2 : Sur le concept d'orthodoxie de masse.

 Le concept d’orthodoxie de masse dérive de quelques idées clé. En premier lieu, le caractère civil de la religion islamique, prouvé par toute la théorie (théologie, écoles juridiques, doctrines politiques) et les pratiques constitutionnelles historiques de l’islam. L’État islamique se pose comme un État de croyants, monades en relation directe avec Dieu. C’est dans cette situation de sublime, bien qu’effroyable isolement, que tout individu doit, sans intermédiaire, affronter l’univers sidéral qui le sépare de Dieu. La religion « islam » est l’origine d’une structure mentale qui met en scène le multiple, face à l’Unique, que cet unique soit le divin lui-même ou son seul représentant sur terre, le prince des croyants. L’absence d’Instance religieuse constitutionnellement autonome, l’unité du pouvoir politique et des gestionnaires du savoir sacré et du culte expliquent la politisation particulière de la religion islamique à travers l’histoire. L’élite du savoir religieux disserte et la masse consacre. Cela provoque à la fois la constitution de l’orthodoxie majoritaire et des religions dérivées.

Avec Yadh Ben Achour, juriste et philosophe du droit, 1er titulaire de la Chaire Averroès de l’IMéRA. Il est notamment l’auteur de « La 2ème Fatiha » PUF, 2011 et de «  Tunisie, une révolution en pays d’islam », Ceres Edition, 2016.

Prochaines conférences du cycle : L'Islam face au défi des temps modernes :

17 janvier 2019 : L'universalité de la norme démocratique et l'Islam.
31 janvier 2019 : L'Islam et l'universalité de la norme démocratique.
25 avril 2019 : Conversion, violence et tolérance. Approche comparée entre l'Islam et le christianisme.
6 juin 2019 : L'islam et la révolution.

29/11/2018

Community Building Seminar - avec Leïla Tauil

Jeudi 29 novembre 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage - entrée sur invitation

VIOLENCE ET ISLAM : analyse de la sourate 9 (at-Tawba, Le Repentir) Mohammed Arkoun, par Leïla Tauil (Chargée de cours, Unité d'arabe, Université de Genève)

Résumé :
"La présentation vise à mettre en exergue la contribution de Mohammed Arkoun à propos de la violence sacralisée en islam. Les juristes-théologiens des trois premiers siècles de l’hégire (7e-9e siècles) ont élaboré une théologie guerrière, le « droit de la guerre sainte/juste », à partir de la sourate 9 (at-Tawba, Le Repentir), qui est encore mobilisée aujourd’hui par les acteurs du terrorisme islamique. La lecture de la sourate 9 proposée par Arkoun, à partir de son concept "triangle anthropologique", permet-elle de mettre en lumière le soubassement socio-historico-anthropologique du contenu de cette sourate ?"

Discutant : Yadh Ben Achour (Ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques de Tunis, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies et premier titulaire de la Chaire Averroès sur l'islam méditerranéen (IMéRA/A*MIDEX-AMU), avec le soutien de la Fondation de l'Islam de France).


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

 

26/11/2018

CYCLE DE CONFERENCES - Les dynamiques d’extrémisation, en pensées et en actions

Lundi 26 novembre 2018, à 18h, IMéRa, Maison des astronomes, salle de conférence - entrée libre

La radicalisation islamiste, par Farhad Khosrokhavar

Sociologue franco-iranien, Farhad Khosrokhavar est également directeur d'études é l'Ecole des hautes études en sciences sociales et spécialiste de la radicalisation islamiste.

Séminaire organisé dans le cadre du cycle de conférences "Les dynamiques d’extrémisation, en pensées et en actions", proposé par la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Education et I’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université.

Lieux: en alternance, a I’IMéRA (Marseille) et au site mémorial du Camp des Milles (Aix-en-Provence). Toutes les conférences sont fibres d’accés.


Depuis les attentats de janvier 2015, la radicalisation djihadiste a été mise a I’agenda scientifique et politique en France. S’impose aujourd’hui la recherche d’écIairages pertinents sur un phénoméne dont I’Histoire a montré Ie potentiel mortifére et contaminateur. Cette radicalisation s’inscrit dans un contexte plus large de développement de dynamiques d’extrémisations diverses, religieuses et politiques en particulier, avec leur cortége d’excIusions et de violences multiples, en particulier racistes, antisémites et xénophobes.

Ce cycle de conférences proposé conjointement par la Fondation du Camp des Milles et l’lnstitut Méditerranéen d’Etudes Avancées propose de contribuer a la réflexion sur ce sujet par une confrontation des analyses et par Ie débat entre chercheurs et citoyens.

Les termes radicalisations ou extrémisations recouvrent deux aspects, idéologique et comportemental, souvent mat distingués, qui se traduisent en pensées et en actions, en pensées ou en actions.

Ce cycle est destiné a éclairer les processus multifactoriels qui articulent -ou pas- la constitution d’un contenu cognitif -une pensée extréme- et I’adoption d’un comportement violent- comme Ie passage é I’acte terroriste. II implique une approche pluridisciplinaire combinant diverses échelles, temporelle, spatiale et pluridisciplinaire.

II s’agit en particulier de mieux comprendre I’origine du besoin individuel ou collectif de radicalité, la recherche de repéres forts, les influences idéologiques ou interpersonnelles et les fractures de la société qui servent de terreau en période de crises, et qui contribuent a des crispations individuelles ou collectives sur des repéres identitaires, religieux, nationalistes ou politiques.

II est aussi important de comprendre I’énjeu majeur pour les droits et libertés des défis que les extrémistes nous lancent : comment en particulier une société démocratique en arrive-t-elle, par réaction, a modifier ses régles et a enfreindre certaines des valeurs essentielles qu’eIIe veut pourtant protéger ?

L’analyse des drames du passé, crimes de masse et génocides -réalisation ultime d’une pensée extréme- est un levier puissant pour saisirjusqu’od et comment ces processus peuvent se développer et pour nous alerter au présent.

Faire converger ces mémoires douloureuses, c’est contribuer a la formation d’une expérience commune de I’humanité mais aussi nourrir les capacités d’une résistance individuelle et collective qui montra son efflcacité dans Ie passé et qui s’avére a nouveau nécessaire aujourd’hui. La « banalité du bien » s’opposa souvent a la « banalité du mat ».

Manipulation du langage, mensonges et démagogie ont ainsi toujours été des ingrédients des dynamiques extrémistes. Rien d’étonnant a ce que la question du rapport é la vérité apparaisse aujourd’hui comme centrale en ce qu’eIIe constitue une dimension essentielle de la formation d’une pensée extréme. Rumeurs, fake news, complotisme, « post-vérité » résistent a la critique rationnelle, sans doute parce qu’iIs s’en nourrissent et I’instrumentaIisent parfois. Ce qui pose aussi la question du potentiel de violence de la raison elle-méme.

Un défi majeur pour Ie monde scientifique et les sociétés démocratiques.


Prochaines dates : ​

27 février 2019, 18h, Camp des Milles (auditorium), Aix-en-Provence.

  • Psychologie des criminels contre I’humanité, par Fransoise Sironi

Psychologue et maitre de conférences é I'Université Vincennes, Fransoise Sironi est experte auprés des tribunaux internationaux. Ses recherches en psychologie clinique et en psychopathologie portent sur les violences collectives et la psychologie des criminels contre I'humanité.

3 avril 2019, 18h, lMéRA, Marseille.

The Genocides in Cambodia, 1975-1979, par Ben Kiernan (conférence en anglais)

Spécialiste du génocide cambodgien, Benedict Kiernan est professeur d'histoire et professeur d'études aréales et internationales à Yale University, ancien directeur-fondateur du Programme d'études sur le génocide (1994-2015). Résident IMéRA 2018-2019, il est le premier titulaire de la Chaire EHESS/IMéRA sur les études transrégionales.


Contact : www.campdesmilles.org / www.imera.univ-amu.fr

22/11/2018

Community Building Seminar - avec Omar Licandro, résident IMéRA/AMSE, Professeur à l'Université de Nottingham

Jeudi 22 novembre, 9h30 à l'IMéRA, Maison-Neuve - 2 Place Le Verrier 13004 Marseille - entrée sur invitation

9h30 : Présentation de son travail par Teruhisa Suzuki, artiste invité à l'IMéRA pendant le mois de novembre, accompagné de Sylvie Pic, artiste et enseignante de la Licence Sciences et Humanités, qui présentera le projet Biomorphisme, qu'elle co-organise et dans lequel Teruhisa Suzuki est impliqué.

10h30 : "Welfare measurement, GDP and the Happiness Index" avec Omar Licandro, résident IMéRA/AMSE, Professor, University of Nottingham et Sarah Flèche (AMSE)

Résumé du projet: 

Technical progress destroys and creates skills, reducing employment and wages for middle-skilled occupations and raising them for high-skilled occupations. Workers losing their jobs can then move to occupations at the bottom of the skill distribution, which operate as a refuge for displaced workers. This is what we call the skill obsolescence hypothesis. This project will use Autor and Dorn (2013) data to provide evidence on it. The skill obsolescence hypothesis is highly related to structural change and capital-skill complementarity theories too. Production occupations, in the middle of the skill distribution and mainly associated with manufacturing, were negatively affected by skill obsolescence in the last decades. At the same time, high-skilled service occupations benefited the most from it, with low-skill service occupations acting as refuge occupations. This project will develop a model of structural change and occupational choice consistent with the skill obsolescence hypothesis.

E-mail: 
omar.licandro@nottingham.ac.uk
Lien(s) web: 

https://www.nottingham.ac.uk/economics/people/omar.licandro

Du 21/11/2018 au 22/11/2018

2e Forum Franco-Allemand de la Méditerranée - Les passions identitaires entre Europe et Méditerranée

Le mercredi 21 novembre à partir de 10h à Sciences Po Aix (Amphithéâtre Bruno Etienne) et le jeudi 22 novembre à partir de 9h à l'IMéRA (Marseille)

2e Forum Franco-Allemand de la Méditerranée - Les passions identitaires entre Europe et Méditerranée

En 2017, le Centre Franco-Allemand de Provence, l’IMéRA et Sciences Po Aix, associés à la Fondation Konrad Adenauer, ont pris l’initiative de relancer le Forum Franco-Allemand de la Méditerranée, qui avait été créé par le Centre Franco-Allemand de Provence et l’IREMAM en 2003 avec l’aide de la Fondation Friedrich Ebert pour promouvoir une lecture franco-allemande des enjeux méditerranéens. L’objectif du nouveau Forum reste de proposer un rendez-vous d’échanges et de débats sur la Méditerranée.

  • Le mercredi 21 novembre à partir de 10h à Sciences Po Aix : 4 tables rondes et une projection-débat
  • Le jeudi 22 novembre à partir de 9h à l'IMéRA (Marseille) : 4 tables rondes et une projection-débat

Détail du programme et des intervenants ici

21/11/2018

SEMINAIRE - Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques #8

Mercredi 21 novembre 2018, 9h30 - 12h30 -IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Ecologies sonores, avec Makis Solomos, musicologue, professeur à l’université Paris 8 où il dirige l’unité de recherche Musidance ; Roberto Barbanti, philosophe, musicien, maître de conférence au département arts plastiques de l’université Paris 8, co-directeur de la revue Sonorités ; Grant Smith, artiste (http://self-noise.net/), coordinateur du collectif Sound Camp (http://soundtent.org/)

Responsables du séminaire : Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Elena Biserna (ESAAix, PRISM AMU/CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU/CNRS), Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU/CNRS).

Le séminaire intitulé « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » définit clairement son projet dans l’énoncé de son titre : il s’agit d’abord de s’intéresser à l’écoute et aux pratiques de l’écoute, c’est à dire aux pratiques qui à la fois supposent, engagent et déterminent des formes d’écoute. 

Ces pratiques sont nombreuses et très différentes les unes des autres. Elles appartiennent à des domaines de la connaissance infiniment variés. Toutes supposent une relation au son ou au moins à des phénomènes ondulatoires qui sont de l’ordre du sonore - même s’ils défient les limites de la perception humaine et qu’ils impliquent la mise en œuvre de technologies qui étendent, déplacent et transposent les potentialités du sensible. Toutes aussi impliquent de mettre en place une logique dans laquelle la réception, la sensibilité et l’attention sont mobilisées comme des formes essentielles de l’expérience et de la connaissance, comme des moments qui déterminent et structurent notre relation à notre environnement, comme des vecteurs de notre capacité d’action, de représentation et d’invention. 

Bien sûr, la musique et plus généralement les pratiques sonores en art sont essentielles à notre réflexion et nous nous sentons héritiers du tournant qui a consisté, par exemple avec John Cage, à placer l’écoute au cœur d’une pensée de l’esthétique comme expérience. Mais bien au-delà de la musique ou des arts du son et de l’audio, il existe de nombreuses pratiques, qu’elles soient empiriques ou expérimentales et rationnellement formalisées, qui mettent en jeu de façon déterminante la question de l’écoute.

L’acoustique est évidemment la première d’entre elles et elle se trouve chaque fois impliquée d’une façon ou d’une autre.

Mais notre énoncé suggère aussi que l’écoute n’existe vraiment que dans et par une pratique. De ce point de vue là, l’écoute s’apprend, se développe, s’affine et s’oriente dans la relation à un ensemble organique où l’expérience et la théorie doivent trouver les modalités de leur dialectique. Toute écoute prend sens dans le contexte d’une situation qui engage la relation entre des acteurs et le milieu mouvant dans lequel ils évoluent. Elle contribue à donner sens à ce milieu et elle présuppose l’orientation d’une perception qui ne reçoit que parce qu’elle attend et s’interroge. L’écoute est éveil, exercice, pensée, mouvement, relation aux autres et au monde. Elle mobilise du savoir et le met à l’épreuve d’une situation signifiante. Elle s’inscrit dans une histoire qui est aussi l’histoire des disciplines qui la mettent en œuvre.

L’écoute est donc une notion à la fois transversale et toujours inscrite dans des pratiques spécifiques, qu’elles soient scientifiques ou artistiques, formalisées ou empiriques. Si elle engage des pratiques déterminées et multiples, elle ouvre aussi un espace de discussion, de partage et d’échange entre ces pratiques et ces savoirs, entre les arts et les sciences.


Le séminaire « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » est co-organisé par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Contact : cristo@plotseme.net
 

16/11/2018

CYCLE - il faudra bien manger #5

Vendredi 16 novembre 2018, 14h-16h30- IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Qui sera mangé ?, avec Jocelyne Porcher (UMR Innovation, Montpellier, sociologue, directrice de recherches à l’INRA-SAD) et Marion Laval-Jeantet (Biologie, ethnopsychiatrie, nutrition, chamanisme, et bio-art avec le collectif artiste Art Orienté Objet (AOO)

Organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle "Il faudra bien manger".


Jocelyne Porcher est zootechnicienne et sociologue, directrice de recherches à l’INRA-SAD (UMR Innovation, Montpellier). Elle s’est engagée dans une démarche de recherche après avoir été éleveuse et technicienne agricole. Ses recherches portent sur la relation de travail entre humains et animaux. http://jocelyneporcher.fr/

Marion Laval-Jeantet (Biologie, ethnopsychiatrie, nutrition, chamanisme, et bio-art avec le collectif artiste Art Orienté Objet (AOO) Quand la viande parle, que doit-on faire ? Depuis 1991, avec la création du duo artistique Art Orienté Objet, Marion LAVAL-JEANTET a abordé à de nombreuses reprises la question de la consommation des animaux. Elle abordera dans son intervention simultanément le point de vue sensible de l'artiste animalièr.e, le point de vue scientifique de la bio nutrition, et celui beaucoup moins connu de l'anthropologue, et de l'initié.e aux cultes chamaniques.
 
Marion LAVAL-JEANTET partage sa vie entre une pratique artistique et une pratique thérapeutique et de recherche en biologie et en ethnopsychiatrie. Diplômé de troisième cycle en art, en anthropologie et en psychologie, ses recherches se sont portées sur les rapports de l'art à la société contemporaine, en particulier dans le domaine « arts et sciences », mais aussi sur les cultures chamaniques, les relations polygames et les addictions. Après avoir repris des recherches en bio anthropologie et en immunologie, pour des projets d'art biotechnologique, elle a créé en 2015 l'association de Recherches en Nutrition contre les Maladies Auto-Immunes, et étudie la réparation de ces maladies dans le cadre de de la nutrition et de sa pratique clinique.

Grands témoins : Alberte Bondeau, IMBE-AMU (biologiste) ; Jean-Noël Consales, TELEMME-AMU (urbaniste, géographe). Les grands témoins sont des chercheurs marseillais connaissant très bien les sujets abordés, ils font des commentaires et lancent les débats.


contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

15/11/2018

Community Building Seminar - Interdisciplinary Approaches to Art History

Community Building Seminar - Interdisciplinary Approaches to Art History

15 novembre 2018, 10h30-12h30, IMéRA, Maison-Neuve - sur invitation

Non-Euclidean Geometry in Russian Critiques of the Icon

  • et Nadia Podzemskaia, chercheur au Centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL, CNRS/EHESS).

Fondation de l'Académie des Sciences de l'art à Moscou en 1921: oeuvre commune des philosophes, artistes, psychologues, historiens de l'art, musicologues, physiciens

14/11/2018

CYCLE - RECHERCHE, ARTS, PRATIQUES NUMERIQUES #19

Mercredi 14 novembre 2018, 10h00-13h00, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférence - entrée libre
"Des écritures ludiques au documentaire artistique". Avec Douglas Edric Stanley, Leslie Astier, François Lejault et Pascal Cesaro

Thématique du séminaire 
 
Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. 
Dans le  domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies que Digital Humanities.
Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.
Ce séminaire rassemblera des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui seront propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.
Chaque mois, des participants seront invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains feront part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.
Trois types de questions seront développés.
1) Il s’agira tout d’abord de voir comment, et jusqu’à quel point, ces pratiques et instruments transforment notre rapport au monde, nos méthodes de recherche, la construction de nos objets, la modélisation et la diffusion de notre connaissance et de nos oeuvres.
2) Nous nous interrogerons aussi sur l’impact des processus collaboratifs qu’impliquent les pratiques numériques entre chercheurs, artistes et professionnels. L’objectif est d’évaluer les apports que chaque démarche (scientifique, artistique, professionnelle) apporte aux autres.
3) Nous verrons enfin comment ces processus collaboratifs bouleversent les champs disciplinaires, les points de vue et les formes d’autorité qui organisent notre recherche et notre pratique et conduisent à repenser de manière créative de nouvelles formes de rencontre entre les disciplines scientifiques et entre celles-ci et les non-spécialistes.
Débuté en janvier 2016, ce séminaire fonctionne selon un rythme de rencontres mensuelles, d’une durée de trois heures.
 
Comité d'organisation : Cédric Parizot  (IREMAM, CNRS/AMU), Jean Cristofol (Ecole supérieure d'art d'Aix en Provence, PRISM, AMU), Jean Paul Fourmentraux (CNE, EHESS/CNRS/AMU), Anna Guilló (LESA, AMU), Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)

Partenariat:
 
IMéRA - Institut Méditerranéen de Recherches Avancées (AMU)
Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS/AMU)
Institut de Recherche et d’Etudes sur le monde arabe et musulman (CNRS/AMU)
Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
Institut d’Ethnologie Mediterranéenne Européenne et Comparative (CNRS/AMU)
 
13/11/2018

Les Rendez-Vous de Demain : Comment les sciences éclairent l'avenir ? #2

Un cycle de rencontres publiques au Théâtre du Gymnase (4 Rue du Théatre Français, 13001 Marseille), les mardis à 19h - entrée libre

Rendez-Vous 2/ Mardi 13 novembre à 19h : Islam et liberté. Une autre perspective ?

Un islam de liberté est-il possible, pensable ? Quelles relectures possibles des textes pour favoriser l’expression d’une pensée critique dans l’islam contemporain ? Peut-on sortir des obscurantismes et des orthodoxies ?

Avec Yadh Ben Achour, juriste et philosophe du droit, 1er titulaire de la Chaire Averroès de l’IMéRA. Il est notamment l’auteur de « La 2ème Fatiha » PUF, 2011 et de «  Tunisie, une révolution en pays d’islam », Ceres Edition, 2016.

Et avec Leïla Tauil, philosophe, chargée de cours au département d’arabe de l’Université de Genève, spécialiste de la pensée critique dans l’islam contemporain, résidente de l’IMéRA, dans le cadre de la Chaire Averroès.


Prochaine date : Mardi 18 décembre à 19h

A chaque RV une table de libraire sera tenue par la Libraire Maupetit.

06/11/2018

CYCLE - Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire #2

Mardi 6 novembre 2018, 14h-17h, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

« Solidarité, contrôle, régulation et apprentissage: une approche néo-structurale de l'action collective », par Emmanuel Lazega (sociologie, Sciences Po Paris).

Cours doctoral dans le cadre du cycle "Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire", organisé par Claire Bidart (Sociologue, Directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-Marseille Univ, CNRS) & Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS) en partenariat avec l'IMéRA et le Collège doctoral d'Aix-Marseille Université.

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM

OBECTIFS : Les analyses de réseaux se développent dans toutes les disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, archéologie, géographie, gestion, science politique, anthropologie, linguistique, psychologie, éthologie…). Les réseaux interviennent également dans les travaux en mathématiques (théorie des graphes), en biologie (épidémiologie, réseaux de neurones…), en physique, en informatique, en étude des systèmes complexes… Dans ce séminaire seront présentés les apports des analyses de réseaux dans différentes disciplines en montrant leurs points communs et leurs spécificités, à partir de recherches empiriques. Les personnes qui ont déjà suivi ce séminaire les années précédentes restent bienvenues : à part la séance d’introduction, les autres introduisent les travaux d’autres disciplines que celles présentées auparavant. L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. L’étude précise de sa structure (dense, segmentée, dispersée, hiérarchique, modulaire…) est cruciale pour bien des questions posées dans différentes disciplines scientifiques, et se prête particulièrement bien aux échanges interdisciplinaires. Elle permet de dépasser l’approche statique et morphologique qui raisonne en termes de groupes, de corps et d’appartenances. Elle ne s’y oppose pas mais propose un point de vue complémentaire, souvent plus dynamique. L’analyse de réseaux peut être au cœur d’une démarche de recherche, mais peut aussi n’en constituer qu’une partie, à côté d’autres approches qualitatives ou quantitatives. Il s’agira ici d’exposer et d’appliquer les apports de l’analyse des réseaux. Nous envisagerons ses spécificités théoriques, expliciterons les indicateurs pertinents dans la description et l’analyse des réseaux, détaillerons des méthodes de construction empirique des données, proposerons des méthodes d’analyse en fonction de l’objet de la recherche. Public concerné : Tous doctorants mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et autres personnes intéressées.

Lieu : IMéRA, Institut d’études avancées, Maison des astronomes, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille (http://imera.univ-amu.fr/)

Programme : 8 modules de formation de 3 heures chacun

 2. Mardi 6 novembre 2018, 14h-17h : « Solidarité, contrôle, régulation et apprentissage: une approche néo-structurale de l'action collective », Emmanuel Lazega, sociologie, Sciences Po Paris.

 3. Mardi 4 décembre 2018, 14h-17h : « Fouille et modélisation de réseaux biologiques pour mieux comprendre les pathologies génétiques », Anaïs Baudot, bio-informatique, Marseille Medical Genetics, Inserm, Marseille.

 4. Mardi 8 janvier 2019, 14h-17h : "Apport méthodologique de la science des réseaux pour l'analyse de corpus de documents juridiques", Fabien Tarissan, informatique, Institut des Sciences sociales du
Politique, ENS Paris-Saclay.

5. Mardi 5 février 2019, 14h-17h : « Réseaux de parenté, résidentiels et migratoires », Klaus Hamberger, anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, EHESS Paris.

 6. Mardi 12 mars 2019, 14h-17h : Sociologie : « Réseaux familiaux : questions de recherche et approches empiriques », Eric Widmer, sociologie, Université de Genève.

 7. Mardi 2 avril 2019, 14h-17h : Archéologie : « Network science applied to archaeological research : visual signalling networks in the Himalayas and socio-economic networks in the Roman Empire », Tom Brughmans, School of Archaeology, University of Oxford. Séminaire en anglais.

 8. Vendredi 24 mai 2019, 14h-17h : Table ronde : « Dynamics of Ego-networks and life events », séminaire de sortie de résidence Team IMéRA.


Contact : claire.bidart@univ-amu.fr

06/11/2018

Community Building Seminar - Avec Laura Candiotto, résident IMéRA, Marie Curie Research Fellow, University of Edinburgh

Mardi 6 novembre, 10h30 à l'IMéRA, Maison-Neuve - 2 Place Le Verrier 13004 Marseille

Sur invitation.

Topic : Emotions for Knowledge. A phenomenological exploration

In recent years there has been a steady increase in the philosophical interest for emotions. Philosophers have been keen to discuss whether emotions can play a significant function in the different processes of knowledge-building. In fact, neuroscientists have recently discovered the integrated functionality of emotions and reasoning in our mental life. Emotions are now understood as a constitutive element of human rationality, rather than being framed in opposition to rationality.

What relevance emotions have for the process of scientific inquiry? What is the value of knowledge, and why should emotions contribute to it? What is the role of curiosity in the generation of meaning?

The aim of this seminar is to discuss the role of emotions in knowledge starting from our experience as researchers. After an introduction on the topic and a brief discussion, we will look at our own experience as researchers for discovering the role that emotions and other affective dispositions play in scientific research.

 

24/10/2018

CYCLE DE CONFERENCES - Les dynamiques d’extrémisation, en pensées et en actions

Mercredi 24 octobre 2018, à 18h, Site mémorial du Camp des Milles, Auditorium - entrée libre

Mémoire de la Shoah et montée nationaliste en Pologne, par Jean-Yves Potel

J-Y Potel est historien et analyste politique, spécialiste de la Pologne et de l'Europe centrale et a été professeur associé à l'Université de Paris 8 (Institut d'études européennes) et conseiller culturel à l'ambassade de France é Varsovie. Il est auteur de nombreux ouvrages, en particulier La Fin de l’lnnocence, La Pologne face à son passé juif(2009), et de L’Europe nue (2019).

Séminaire organisé dans le cadre du cycle de conférences "Les dynamiques d’extrémisation, en pensées et en actions", proposé par la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Education et I’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université.

Lieux: en alternance, a I’IMéRA (Marseille) et au site mémorial du Camp des Milles (Aix-en-Provence). Toutes les conférences sont fibres d’accés.


Depuis les attentats de janvier 2015, la radicalisation djihadiste a été mise a I’agenda scientifique et politique en France. S’impose aujourd’hui la recherche d’écIairages pertinents sur un phénoméne dont I’Histoire a montré Ie potentiel mortifére et contaminateur. Cette radicalisation s’inscrit dans un contexte plus large de développement de dynamiques d’extrémisations diverses, religieuses et politiques en particulier, avec leur cortége d’excIusions et de violences multiples, en particulier racistes, antisémites et xénophobes.

Ce cycle de conférences proposé conjointement par la Fondation du Camp des Milles et l’lnstitut Méditerranéen d’Etudes Avancées propose de contribuer a la réflexion sur ce sujet par une confrontation des analyses et par Ie débat entre chercheurs et citoyens.

Les termes radicalisations ou extrémisations recouvrent deux aspects, idéologique et comportemental, souvent mat distingués, qui se traduisent en pensées et en actions, en pensées ou en actions.

Ce cycle est destiné a éclairer les processus multifactoriels qui articulent -ou pas- la constitution d’un contenu cognitif -une pensée extréme- et I’adoption d’un comportement violent- comme Ie passage é I’acte terroriste. II implique une approche pluridisciplinaire combinant diverses échelles, temporelle, spatiale et pluridisciplinaire.

II s’agit en particulier de mieux comprendre I’origine du besoin individuel ou collectif de radicalité, la recherche de repéres forts, les influences idéologiques ou interpersonnelles et les fractures de la société qui servent de terreau en période de crises, et qui contribuent a des crispations individuelles ou collectives sur des repéres identitaires, religieux, nationalistes ou politiques.

II est aussi important de comprendre I’énjeu majeur pour les droits et libertés des défis que les extrémistes nous lancent : comment en particulier une société démocratique en arrive-t-elle, par réaction, a modifier ses régles et a enfreindre certaines des valeurs essentielles qu’eIIe veut pourtant protéger ?

L’analyse des drames du passé, crimes de masse et génocides -réalisation ultime d’une pensée extréme- est un levier puissant pour saisirjusqu’od et comment ces processus peuvent se développer et pour nous alerter au présent.

Faire converger ces mémoires douloureuses, c’est contribuer a la formation d’une expérience commune de I’humanité mais aussi nourrir les capacités d’une résistance individuelle et collective qui montra son efflcacité dans Ie passé et qui s’avére a nouveau nécessaire aujourd’hui. La « banalité du bien » s’opposa souvent a la « banalité du mat ».

Manipulation du langage, mensonges et démagogie ont ainsi toujours été des ingrédients des dynamiques extrémistes. Rien d’étonnant a ce que la question du rapport é la vérité apparaisse aujourd’hui comme centrale en ce qu’eIIe constitue une dimension essentielle de la formation d’une pensée extréme. Rumeurs, fake news, complotisme, « post-vérité » résistent a la critique rationnelle, sans doute parce qu’iIs s’en nourrissent et I’instrumentaIisent parfois. Ce qui pose aussi la question du potentiel de violence de la raison elle-méme.

Un défi majeur pour Ie monde scientifique et les sociétés démocratiques.


Prochaines dates : 

26 novembre 2018, 18h, lMéRA, Marseille.

  • La radicalisation islamiste, par Farhad Khosrokhavar

Sociologue franco-iranien, Farhad Khosrokhavar est également directeur d'études é l'Ecole des hautes études en sciences sociales et spécialiste de la radicalisation islamiste.

27 février 2019, 18h, Camp des Milles (auditorium), Aix-en-Provence.

  • Psychologie des criminels contre I’humanité, par Fransoise Sironi

Psychologue et maitre de conférences é I'Université Vincennes, Fransoise Sironi est experte auprés des tribunaux internationaux. Ses recherches en psychologie clinique et en psychopathologie portent sur les violences collectives et la psychologie des criminels contre I'humanité.

3 avril 2019, 18h, lMéRA, Marseille.

  • The Genocides in Cambodia, 1975-1979, par Ben Kiernan (conférence en anglais)

Spécialiste du génocide cambodgien, Benedict Kiernan est professeur d'histoire et professeur d'études aréales et internationales à Yale University, ancien directeur-fondateur du Programme d'études sur le génocide (1994-2015). Résident IMéRA 2018-2019, il est le premier titulaire de la Chaire EHESS/IMéRA sur les études transrégionales.


Contact : www.campdesmilles.org / www.imera.univ-amu.fr

19/10/2018

CYCLE sur le développement durable, avec l'IRD - Agriculture durable : les perspectives offertes par la théorie écologique et la biodiversité

19 octobre 2018, de 9h30 à 12h30, IMéRA (salle de conférence de la Maison des Astronomes), ​ENTREE LIBRE

Agriculture durable : les perspectives offertes par la théorie écologique et la biodiversité

Comme il est admis explicitement dans les objectifs de développement durable des Nations Unies (SDOs, UN’s Sustainable Development Objectives), le développement humain peut uniquement être conçu à grande échelle en considérant les multiples intéractions  - économie, démographie, culture et environnement - en jeu entre les régions du Nord et du Sud. Ces aspects sont au coeur du programme IMéRA "Phénomène globaux et régulation" (voir https://imera.hypotheses.org/le-programme-phenomenes-globaux-et-regulation) et consubstanciel au travail de recherche de l'IRD, l'IRD étant l'un des acteurs nationaux et internationaux les plus importants de l'agenda SDO (voir https://en.ird.fr/the-research).

Le cycle de recherche "Développement durable" mené par l'IMéRA pendant l'année académique 2018-2019 est conçue pour renforcer la coopération entre l'IRD et l'IMéRA sur le développement durable à travers une chaire consacrée à ce sujet. En 2018-2019, le cycle est dirigé  par les deux co-titulaires de la chaire Andew Dobson (Princeton University) et Mercedes Pascual (Université de Chicago) et avec le directeur du programme "Phénomènes globaux et régulation" Raouf Boucekkine (AMU). Le premier colloque aura lieu àl'IMéRA le 19 octobre 2018.

Programme :

Colloque inaugural : Agriculture durable : les perspectives offertes par la théorie écologique et la biodiversité

Speakers:

Dr. Ivette Perfecto, George Willis Pack Professor, School for Environment and Sustainability, University of Michigan. (http://seas.umich.edu/research/faculty/ivette_perfecto)

  • Biodiversity conservation and food production: an unnecessary tradeoff

Dr. John Vandermeer, Asa Gray Distinguished University Professor, Department of Ecology and Evolutionary Biology, University of Michigan. (https://lsa.umich.edu/eeb/people/faculty/jvander.html)

  • Critical transitions and hysteresis in agroecology

Prof. Perfecto and Prof. Vandermeer are ecologists working on agroecological and tropical systems. Their research combines extensive field work (in Mexico and Puerto Rico among other locations) with ecological theory. A major focus is on biodiversity and arthropod-mediated ecosystem services including pest control in rural and urban agriculture. They are interested more broadly on the links between small-scale sustainable agriculture, biodiversity and food sovereignty. The four books they have co-authored exemplify their interdisciplinary interests: Breakfast of BiodiversityNature’s Matrix: Linking Agriculture, Conservation and Food Sovereignty, and Coffee Agroecology, and Ecological Complexity and Agroecology.

18/10/2018

Community Building Seminar - Topics in Sustainable Development in a changing world

Jeudi 18 octobre, 10h30 à l'IMéRA, Maison-Neuve - 2 Place Le Verrier 13004 Marseille - sur invitation

Speakers

Mercedes Pascual (University of Chicago; co-holder of the IRD/IMéRA Chair on Sustainable Development )

Population dynamics of climate-sensitive diseases in changing landscapes

Andy Dobson (Princeton University; co-holder of the IRD/IMéRA Chair on Sustainable Development)

Elephants, ivory and the global trade in wildlife

Discussants: Omar Licandro (University of Nottingham) and Raouf Boucekkine (Aix-Marseille University)

This CBS is coupled with a workshop on sustainable agriculture within the IRD/IMéRA research cycle on Sustainable Development, on october 19th at IMéRA , see: https://imera.univ-amu.fr/fr/agriculture-durable-perspectives-offertes-t...

Abstract of the speech of Andy Dobson :

Elephants, Ivory and the Wildlife Trade: Insights for Sustainability.  – Andy Dobson

Sustainable exploitation of the natural world needs to be examined and undertaken at a variety of scales.  In this talk I will start by discussing what we know about elephants as ecologists.  I’ll then expand this to examine the recent history of exploitation of elephants for ivory.  This will lead into a discussion of why arguments for the economic exploitation of elephants as a mechanism to conserve them have failed.  The disconnect between economists, ecologists and wildlife managers is at the heart of this failure.  In the final section, I’ll expand the discussion beyond elephants to examine the global trade in wildlife and CITES – the Convention for International Trade in Endangered Species.  Elephants are central to the activities of CITES, but they have placed huge constraints on its logistic ability to effectively monitor and police trade for many other species. The meetings of CITES are too often a battle ground between the coalitions of members from curiously aligned countries and a large diversity of Conservation NGOs. Hopefully, the talk will stimulate some broader discussions of how we can manage the planets natural resources more sustainably.

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

16/10/2018

Les Rendez-Vous de Demain : Comment les sciences éclairent l'avenir ? #1

Tous les détails sur les conférences à retrouver sur le blog des résidents de l'IMéRA.

Un cycle de rencontres publiques au Théâtre du Gymnase (4 Rue du Théatre Français, 13001 Marseille), les mardis à 19h.

Rendez-Vous 1/ Mardi 16 octobre à 19h :  La Fabrique des terrorismes, d’hier à demain.  Une violence inédite ?

Peut-on comprendre les terrorismes ? Est-ce une nouvelle forme de violence politique dans l’histoire ? Que nous racontent ou nous révèlent les terrorismes des fragilités de nos sociétés et de nous-mêmes?

Avec Heinz-Gerhardt Haupt, historien, résident de l’IMéRA, spécialiste de l’histoire comparée des terrorismes au XIXème siècle (Allemagne, Espagne, France, Italie).

Et avec Roland Gori, psychanalyste, professeur émérite de psychologie et de psychopatologie à Aix-Marseille Université. Dernier ouvrage paru « Un monde sans esprit. La fabrique des terrorismes ». Les Liens qui Libèrent, 2017.

 

Rendez-Vous 2/ Mardi 13 novembre à 19h : Islam et liberté. Une autre perspective ?

Un islam de liberté est-il possible, pensable ? Quelles relectures possibles des textes pour favoriser l’expression d’une pensée critique dans l’islam contemporain ? Peut-on sortir des obscurantismes et des orthodoxies ?

Avec Yadh Ben Achour, juriste et philosophe du droit, 1er titulaire de la Chaire Averroès de l’IMéRA. Il est notamment l’auteur de « La 2ème Fatiha » PUF, 2011 et de «  Tunisie, une révolution en pays d’islam », Ceres Edition, 2016.

Et avec Leïla Tauil, philosophe, chargée de cours au département d’arabe de l’Université de Genève, spécialiste de la pensée critique dans l’islam contemporain, résidente de l’IMéRA, dans le cadre de la Chaire Averroès.

 

Rendez-Vous 3/ Mardi 18 décembre à 19h : Sport, santé et performance. Apprendre à guérir ?

Que peut nous apporter le sport dans ses relations à la santé ? Peut-il contribuer à la guérison, notamment de malades du cancer, comme l’expérimente aujourd’hui le projet « Rebond » ? La performance sportive peut-elle être une source d’inspiration et de fertilisation pour nos sociétés ?

Avec Pierre Dantin, Professeur des Universités, Vice-Doyen de la Facultés des Sciences du Sport de Marseille, Co-Directeur du Laboratoire « Management, Sport, Santé » d’Aix-Marseille Université. Il est responsable du programme « Rebond » réalisé en collaboration avec l’Institut Paoli Calmettes

Et avec Claude Onesta, entraîneur durant de longues années de l’équipe de France de Handball, il a, avec cette équipe, ramené les titres de Champion Olympique, Champion du monde et Champion d’Europe. Il dirige désormais la préparation de l’Equipe de France Olympique 2024. Il est pleinement impliqué dans le projet « Rebond » autour de Sport et Santé depuis son origine.

A chaque RV une table de libraire sera tenue par la Libraire Maupetit.

 

Prochaine date : Les mardis 13 novembre et 18 décembre 2018.

A chaque RV une table de libraire sera tenue par la Libraire Maupetit.

16/10/2018

CYCLE - Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire #1

Mardi 16 octobre 2018, 14h-17h, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

« Initiation à l’analyse des réseaux sociaux : apports théoriques, notions de base, exemples », par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence).

Cours doctoral dans le cadre du cycle "Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire", organisé par Claire Bidart (Sociologue, Directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-Marseille Univ, CNRS) & Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS)

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM

OBECTIFS : Les analyses de réseaux se développent dans toutes les disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, archéologie, géographie, gestion, science politique, anthropologie, linguistique, psychologie, éthologie…). Les réseaux interviennent également dans les travaux en mathématiques (théorie des graphes), en biologie (épidémiologie, réseaux de neurones…), en physique, en informatique, en étude des systèmes complexes… Dans ce séminaire seront présentés les apports des analyses de réseaux dans différentes disciplines en montrant leurs points communs et leurs spécificités, à partir de recherches empiriques. Les personnes qui ont déjà suivi ce séminaire les années précédentes restent bienvenues : à part la séance d’introduction, les autres introduisent les travaux d’autres disciplines que celles présentées auparavant. L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. L’étude précise de sa structure (dense, segmentée, dispersée, hiérarchique, modulaire…) est cruciale pour bien des questions posées dans différentes disciplines scientifiques, et se prête particulièrement bien aux échanges interdisciplinaires. Elle permet de dépasser l’approche statique et morphologique qui raisonne en termes de groupes, de corps et d’appartenances. Elle ne s’y oppose pas mais propose un point de vue complémentaire, souvent plus dynamique. L’analyse de réseaux peut être au cœur d’une démarche de recherche, mais peut aussi n’en constituer qu’une partie, à côté d’autres approches qualitatives ou quantitatives. Il s’agira ici d’exposer et d’appliquer les apports de l’analyse des réseaux. Nous envisagerons ses spécificités théoriques, expliciterons les indicateurs pertinents dans la description et l’analyse des réseaux, détaillerons des méthodes de construction empirique des données, proposerons des méthodes d’analyse en fonction de l’objet de la recherche. Public concerné : Tous doctorants mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et autres personnes intéressées.

Lieu : IMéRA, Institut d’études avancées, Maison des astronomes, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille (http://imera.univ-amu.fr/)

Programme : 8 modules de formation de 3 heures chacun

2. Mardi 6 novembre 2018, 14h-17h : « Solidarité, contrôle, régulation et apprentissage: une approche néo-structurale de l'action collective », Emmanuel Lazega, sociologie, Sciences Po Paris.

 3. Mardi 4 décembre 2018, 14h-17h : « Fouille et modélisation de réseaux biologiques pour mieux comprendre les pathologies génétiques », Anaïs Baudot, bio-informatique, Marseille Medical Genetics, Inserm, Marseille.

 4. Mardi 8 janvier 2019, 14h-17h : "Apport méthodologique de la science des réseaux pour l'analyse de corpus de documents juridiques", Fabien Tarissan, informatique, Institut des Sciences sociales du
Politique, ENS Paris-Saclay.

5. Mardi 5 février 2019, 14h-17h : « Réseaux de parenté, résidentiels et migratoires », Klaus Hamberger, anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, EHESS Paris.

 6. Mardi 12 mars 2019, 14h-17h : Sociologie : « Réseaux familiaux : questions de recherche et approches empiriques », Eric Widmer, sociologie, Université de Genève.

 7. Mardi 2 avril 2019, 14h-17h : Archéologie : « Network science applied to archaeological research : visual signalling networks in the Himalayas and socio-economic networks in the Roman Empire », Tom Brughmans, School of Archaeology, University of Oxford. Séminaire en anglais.

 8. Vendredi 24 mai 2019, 14h-17h : Table ronde : « Dynamics of Ego-networks and life events », séminaire de sortie de résidence Team IMéRA.


Contact : claire.bidart@univ-amu.fr

11/10/2018

Community Building Seminar - Terreur et révolutions

Jeudi 11 octobre, 10h30 à l'IMéRA, Maison-Neuve - 2 Place Le Verrier 13004 Marseille

Le Community Building Seminar aura pour thème "Terrors and revolutions".

Sur invitation.

Speakers

Gerhard Haupt (Emeritus Professor, European University Institute)
Terrorist attacks in Europe. The reactions in France, Germany, Italy and Spain between 1875 and 1900.

Raouf Boucekkine (Aix-Marseille University)
Why and when revolutions take place? The case of resource-rich countries

Discussant: Thierry Fabre, IMéRA, director of Mediterranean Programme

Du 10/10/2018 au 11/10/2018

Journées d'études - L’œuvre qui nous fait trembler : Transesthétiques, micropolitiques, hybridations.

Les 10 et 11 octobre 2018, Salle de conférences de la Maison des Astronomes, 2 Place Leverrier, Marseille - Entrée libre

Journées d’études internationales

L’œuvre qui nous fait trembler : Transesthétiques, micropolitiques, hybridations.

En prenant en compte ce que Félix Guattari et Sueli Rolnik ont écrit sur la « micropolitique » – celle-ci ayant pour contrepoint la macropolitique –, cette journée d’étude interrogera les nouvelles pratiques esthétiques qui travaillent à mettre en place de nouveaux modes de production et de réception des œuvres. Cette façon dont l’art contrarie l’uniformisation des modes de réception liés à l’organisation du spectacle mise en place par le néolibéralisme.

Programme

Le 10 octobre 2018 (mercredi)

13h30-14h00 : Accueil public

Ouverture : « L’œuvre qui nous fait trembler… vers la transdisciplinarité… ».

14h-14h10 : Mots d’ouverture des organisateurs.

14h10-14h20 : Intervention en vidéo de Roger Malina (The University of Texas at Dallas). Leonardo is dead, Long Live Leonardos  Leonardo est Mort, Vive les Leonardos.

14h20-14h45 : Intervention dArnaud Maïsetti (Aix-Marseille Université). Voir. Trembler. Écrire.

14h45-15h15 : Échanges

15h15-15h30 : Pause 

15h30-16h30 : Communications Axe I : Art, société, espace urbain, formes participatives et documentaires.

  • Anyssa Kapelusz (Aix-Marseille Université). Extériorité et transitivité d’une pratique chorégraphique documentée : Archive d’Arkadi Zaides.
  • Evelise Mendes (Aix-Marseille Université/ Universidade Federal do Rio Grande do Sul). Comment pourrions-nous déplacer la perception du passant ? (à propos du processus de création de l’intervention urbaine A Inauguração.)
  • Vera Nitsche (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3/ Universität Hildesheim). Revolution Now! Le théâtre qui fait trembler la politique.

Durée des interventions : 20 min chacune ; modération : Marie Urban (Aix-Marseille Université/ Universität Hildesheim).

16h30-16h45 : Pause 

16h45-17h30 : Échanges communications Axe I

 

Le 11 octobre 2018 (jeudi)

9h00-9h30 : Accueil public

9h30-10h15 : Transdialogue I : La ville est-elle un territoire de force productive ou d’anti-production…

Entre Julien Marchaisseau (Metteur en scène, directeur de la compagnie Rara Woulib) et et Jean-Sebastien Steil (Géographe, directeur de la Formation Supérieure d’Art en Espace Public FAI-AR); Modération : Anyssa Kapelusz. (Aix-Marseille Université)

10h15-10h45 : Échanges

10h45-11h00 : Pause 

11h00-11h45 : Conférence dIleana Diéguez (Universidad Autónoma Metropolitana). Pratiques liminales. Performativités de l'affection et de la colère. Modération : Evelise Mendes (Aix-Marseille Université/ Universidade Federal do Rio Grande do Sul); Traduction simultanée : Renaud Boukh (Association Arca delle lingue).

11h45-12h30 : Échanges

12h30-14h00 : Déjeuner sur place

14h00-15h00 : Communications Axe II : Art, science, espace numérique et nouvelles technologies.

  • Jean-Paul Fourmentraux  (Aix-Marseille Université/ Centre Norbert Elias) : Art (numérique) et écologie politique.
  • Abdo Nawar (Aix-Marseille Université/ Université Libanaise) : L’art est une forme de résistance.
  • Yvan Tina (Aix-Marseille Université/ The University of Texas at Dallas) : Scènes politiques de l’art « technoïde ».

Durée des interventions : 20 min chacune ; Modération : Yannick Butel (Aix-Marseille Université).

15h00-15h15 : Pause 

15h15-16h00 : Échanges communications Axe II

16h00-16h15 : Pause

16h15-17h00 : Transdialogue II : Intelligences artificielles et interfaces sensibles : quelles conséquences pour le langage ?

Entre Yannick Butel (Professeur des Universités en Arts de la scène et en Médiation culturelle à Aix-Marseille Université) et Carlos Ramisch (Maître de conférences en Informatique à Aix-Marseille Université). Modération : Yvan Tina (Aix-Marseille Université/ Université du Texas à Dallas).

17h00-17h30 : Échanges

Journées organisées par des doctorants en Arts de la scène/Médiation culturelle (Laboratoire d’études en sciences des arts – LESA, Aix-Marseille Université,) et l’IMéRA, Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université.  Direction et organisation : Evelise Mendes, Marie Urban, Yvan Tina, Abdo Nawar. Partenaires : Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), Universidad Autonoma Metropolitana du Mexique (UAM, Cuajimalpa), Laboratoire d'informatique d'AMU, Association Arca delle lingue.

Contact : Evelise Mendes  : eve.fmendes@hotmail.com

 

 

04/10/2018

Présentation collective des résidents 2018 - 2019 #3

Les résidents IMéRA et partenaires 2018-2019 en résidence à partir de septembre présentent leurs projets de recherche (en 30 mn) lors d'une session collective.

Jeudi 4 octobre 2018, 9h30 à 12h30 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - ENTREE LIBRE

Les présentations du 4 octobre :

  • Clemena ANTONOVA-CRAMBOIS (10septembre 2018 – 12 juillet 2019), Senior Researcher and Teaching Fellow, Centre for Patristic and Byzantine Spiritual Heritage, Theology Faculty, Sofia University : Applying Eye-tracking to Religious Art
  • Laura CANDIOTTO (10 septembre 2018 – 8 février 2019), Marie Curie Research Fellow, University of Edinburgh, School of Philosophy, Psychology and Language Sciences​ : Epistemic Cooperation. The function of positive emotions
  • Heinz-Gerhard HAUPT (10 septembre 2018 – 8 février 2019), Professeur d’histoire contemporaine émérite : Attentats en Europe. Les réactions en France, Allemagne, Italie et Espagne entre 1875 et 1900
  • Mercedes PASCUAL - Titulaire de la Chaire Infrastructures, jointe avec l’IRD (septembre 2018 – janvier 2019), Professor, University of Chicago, Department of Ecology and Evolution, Biological Sciences Division - Changing landscapes for the health of the poor: urbanization and the population dynamics of climate-sensitive diseases
  • Elliot POSNER (septembre 2018 – février 2019), Associate Professor, Department of Political Science, Case Western Reserve University, USA : Soft Law and International Ordering
  • Domingo Carlos SALAZAR GARCIA – Résidence IMéRA/LabexMed (10 septembre 2018 – 8 février 2019), Ikerbasque Research Fellow, University of the Basque Country, Department of Geography, Prehistory and Archaeology : Isotopes, dental calculus ans diet. From hunter gathering to farming in Mediterranean Iberia

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

27/09/2018

Cycle de conférences - L'Islam face au défi des temps modernes.

Jeudi 27 septembre de 18h à 20 h - IMéRA, salle de conférence de la Maison des astronomes, 2 place Leverrier 13004 Marseille 

Rendez-Vous 1 :  Averroès et les autres. Introduction à l'Islam de la liberté.

Dans l’ensemble des religions du monde, l’islam a le privilège de quasiment monopoliser les débats politiques et l’opinion mondiale. Malheureusement, il est jugé à travers des prismes idéologiques, des raccourcis ou des jugements hâtifs qui ont pour résultat de le comprendre, comme l’expression du fixisme intellectuel, de l’intolérance et de la violence, autant de caractères qui seraient inscrits dans son essence même, en tant que religion.

Averroès représente le chef de file d’une longue lignée de penseurs critiques qui ont réussi à mettre en cause ce présupposé essentialiste sur l’islam. Au-delà du débat philosophique, le véritable enjeu tourne autour du statut de la loi « sacrée » et de son interprétation. Averroès est l’un des premiers à avoir désacralisé la loi, ouvrant ainsi la porte à la liberté de l’interprète et du croyant. Cette porte ne se refermera jamais.

Avec Yadh Ben Achour, juriste et philosophe du droit, 1er titulaire de la Chaire Averroès de l’IMéRA. Il est notamment l’auteur de « La 2ème Fatiha » PUF, 2011 et de «  Tunisie, une révolution en pays d’islam », Ceres Edition, 2016.

L'Islam face au défi des temps modernes est un cycle de conférences données par Yadh Ben Achour. Les autres dates sont :

  • 29 novembre 2018 : Sur le concept d'orthodoxie de masse.
  • 17 janvier 2019 : L'universalité de la norme démocratique et l'Islam.
  • 31 janvier 2019 : L'Islam et l'universalité de la norme démocratique.
  • 25 avril 2019 : Conversion, violence et tolérance. Approche comparée entre l'Islam et le christianisme.
  • 6 juin 2019 : L'islam et la révolution.
27/09/2018

Présentation collective des résidents 2018 - 2019 #2

Les résidents IMéRA et partenaires 2018-2019 en résidence à partir de septembre présentent leurs projets de recherche (en 30 mn) lors d'une session collective.

Jeudi 27 septembre 2018, 9h30 à 12h30 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - ENTREE LIBRE

Les présentations du 27 septembre :

  • Mohamed AFFAYA (10 septembre 2018 – 12 juillet 2019), Professeur à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines- Université Mohammed V- Rabat : La querelle des représentations. Approches de l'Islam en Mediterranée
  • Omar LICANDRO – Résidence IMéRA/AMSE (septembre – décembre 2018), Professor of Economics, University of Nottingham : Skill Obsolescence
  • Megan MacDONALD – Résidence IMéRA/EURIAS (10 septembre 2018 – 12 juillet 2019), Assistant Professor of Comparative Literature, Koc University, Istambul - The Way Back: Mediterranean Wakes and Urban Archival Futures
  • Dezso NEMETH - Titulaire de la Chaire Langage et cerveau, jointe avec l’ILCB (septembre 2018 - juillet 2019), Professor of Cognitive Psychology, Hungarian Academy of Sciences and Eotvos Lorand University​ : Old habits die hard: Towards a comprehensive model of rewiring automatic behaviors
  • Aleysia WHITMORE – Résidence IMéRA/EURIAS (10 septembre 2018 - 12juillet 2019)​, Assistant professor of Ethnomusicology, University of Colorado Denver​ - Cultural Policy and World Music in France: Negotiating Difference and Nationhood

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

25/09/2018

Cycle - Il faudra bien manger : le partage

25 septembre 2018, de 9h30 à 16h, IMéRA (salle de conférence de la Maison des Astronomes), ​ENTREE LIBRE

Le partage

Séminaire organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle "Il faudra bien manger".

Cette session du séminaire "Il faudra bien manger" s’intéresse à la notion de partage – partage de la terre, de la nourriture ; partage dans le présent ou avec l’humanité future. On y parlera de tensions contemporaines dans l’accès à la terre : aménagement du territoire, accaparement des terres. Après avoir montré le lien entre droit d’accès et pratiques agricoles valorisées dans une perspective de durabilité, on s’intéressera aux évolutions des discours sur l’alimentation et les pratiques agricoles, comment les idées circulent et se transforment, mais aussi comment l’art de la table peut rendre plus conscient de ce qui vient dans notre assiette.

INTERVENANTS 

  • Claude Napoleone, économiste, INRA Avignon : Comprendre les dynamiques de changements d’usage des sols pour écologiser les organisations territoriales

La présentation s’attachera à faire le point de travaux pluridisciplinaires en cours ayant trait à la modélisation des changements des usages des sols, à leurs effets observés et aux enseignements à en tirer en termes de régulation publique, dans l’objectif de rapprocher la gestion de l’espace de finalités environnementales.

  • Claire Médard, IRD/URMIS, Paris, unité migration et société : L’Etat mis en cause dans les accaparements fonciers

Une conception vernaculaire du land-grabbing au Kenya. Je souhaite montrer comment le rôle des acteurs étatiques et d’une élite nationale contribue à la fois à éclairer les accaparements fonciers et ses blocages au Kenya, à partir d’une perspective scalaire.

  • Valérie Golaz – INED, LPED, Marseille – (avec Claire Médard) : Superposition de droits et transmission de la terre en Ouganda

Cette intervention portera sur la diversité des droits fonciers en présence sur les même parcelles dans la région centrale de l'Ouganda, malgré l'existence d'un cadastre ancien (début du XXe siècle), et les transformations de l'emprise de ces droits et de leur transmission à la périphérie de la capitale, Kampala.

  • Sjoerd Wartena, membre fondateur de Terre de Liens (https://terredeliens.org) sur les problèmes rencontrés dans la mise en avant des problèmes de protection de terre arable et l’aide à l’installation.  Il fait le lien entre l’accès à la terre et le choix des pratiques vertueuses pour l’environnement.
  • Anahid Roux-Rosier, doctorante en philosophie à l’université de Lyon sur les bases philosophiques (diverses) de la permaculture.
  • Gabriel Montrieux – doctorant en sociologie à l’université de Lyon : Convergences et divergences idéologiques autour des Amap

Les pratiques agissent comme support de convergence des luttes entre des fractions militantes par ailleurs divisées. Les Amap jouent ce rôle, peut-être plus que n'importe quelle autre alternative alimentaire («  alternative consensuelle »). Cette convergence neutralise les différences d'enjeux auxquels la pratique se réfère, induit en creux une définition de cette alternative alimentaire comme pratique alternative en soi (par simple adhésion) et non comme pratique impliquant un engagement militant (qui dès lors nécessiterait de définir plus en détail et de manière plus conflictuelle les enjeux et implications du modèle amapien). Mais au final, la constitution d'un public alternatif composite génère pas mal d’ambiguïtés dans l'organisation concrète des pratiques et réseaux amapiens.

  • Anna Burlet développe une pratique de design culinaire qui s'active au travers de pièces/performances impliquant le public autour d'un repas singulier dont elle conçoit et dessine les couverts, le menu et la mise en scène. Son travail interroge les usages habituels liés à la table et revisite un médium fort de notre culture qu'est la gastronomie. Anna Burle crée des outils à l'aspect étrange, amenant les convives à repenser des gestes soi-disant anodins. Le regard, la pensée, l'attitude et le goût sont ainsi bouleversés. Le couvert est le vecteur d'une nouvelle expérience. Se nourrir devient un acte conscient ; tout est donné à voir, révélé. De ce fait, les aliments dessineront de nouvelles relations au vivant. https://www.instagram.com/annaburlet/ - http://www.la-cuisine.fr/

    Contact : juliette.rouchier@lamsade.dauphine.fr
20/09/2018

Présentation collective des résidents 2018 - 2019 #1

Les résidents IMéRA et partenaires 2018-2019 en résidence à partir de septembre présentent leurs projets de recherche (en 30 mn) lors d'une session collective.

Jeudi 20 septembre 2018, 9h30 à 12h30 - IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - ENTREE LIBRE

Les présentations du 20 septembre :

  • Yadh BEN ACHOUR - Premier titulaire de Chaire Averroès sur l'islam méditerranéen (IMéRA/A*MIDEX-AMU, avec le soutien de la Fondation de l'Islam de France) (10 septembre 2018 – 12 juillet 2019), Professeur, Université de Carthage. Membre du Comité des droits de l'Homme.
    : La religion islamique et l’universalité de la norme démocratique
  • Andrew DOBSON - Titulaire de la Chaire en développement durable, jointe avec l’IRD (septembre et octobre 2018 ; avril - juillet 2019), Professor, Ecology and Evolutionary Biology, Princeton University​ : Land Use Change, Infectious Disease and Poverty
  • Marie-Anne DURAND - Titulaire de la Chaire en cancérologie intégrée, jointe avec l'IPC-Institut Paoli-Calmettes (septembre 2018 - juillet 2019), Assistant Professor, The Dartmouth Institute for Health Policy & Clinical Practice​ : Développement et implémentation d’outils d’aides à la décision visant à minimiser les inégalités sociales de santé en cancérologie
  • Thomas MACIAS – Titulaire de la Chaire « Migration Studies » jointe avec Fulbright (septembre 2018 – juillet 2019), Professor of Sociology, College of Arts and Science, University of Vermont​ : Immigration, Social Context and Sustainable Practices in Marseille, France
  • Jeff SILVA (10 septembre 2018 – 8 février 2019), Artist and Ethnographic Researcher in sound and Moving-Images, Harvard Film Study Center Fellow & Sensory Ethnography Lab Affiliate​ - Trembling Lacunas: An Immersive Ethnography of the Fragile Rhizome of the Mediterranean Sea
  • Leïla TAUIL (10 septembre 2018 – 8 février 2019) Résidence dans le cadre de la Chaire Averroès sur l'islam méditerranéen (IMéRA/A*MIDEX-AMU), avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France. Chargée de cours, Unité d'arabe, Université de Genève : Violence et islam. Déconstruction de la pensée fondamentaliste islamiste à la lumière de l’œuvre de Mohammed Arkoun (Présentation le 20 septembre).

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

12/09/2018

CHUNKING implicite et explicite

Mercredi 12 septembre, de 9h à 18h - IMéRA, salle de conférence de la Maison des astronomes 

Workshop interdisciplinaire, suivi d'un concert de Cora Laba à 18h.

Organisé par Arnaud Rey (Laboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS & AMU) ;  avec la participation de Dezso Nemeth, Résident IMéRA titulaire de la Chaire Langage et cerveau, jointe avec l’ILCB (Associate Professor of Cognitive Psychology, Hungarian Academy of Sciences and Eotvos Lorand University)

Sur inscription : arnaud.rey@univ-amu.fr

Le terme « chunking » est l’un des termes clés de la psychologie cognitive de la mémoire et des apprentissages. Il est utilisé pour rendre compte de mécanismes associatifs élémentaires qui permettent de relier des unités informationnelles simples en unités plus complexes, généralement nommées « chunks ». Par exemple, lorsqu’il s’agit de mémorisation explicite de séquences de chiffres, on retiendra plus facilement la séquence 17892018 si on la recode en deux « chunks » : « 1789 » et « 2018 ». De même, dans le champ de l’apprentissage implicite, on parle également de « chunking » lorsque nos systèmes de perception extraient des séquences informationnelles correspondant à des régularités du monde environnant. C’est le cas notamment pour le traitement du langage qui implique le développement de représentations (e.g., orthographiques, phonologiques) qui sont autant de briques ou chunks élémentaires sur lesquelles s’appuient les systèmes perceptifs ou productifs liés au langage. L'objectif de ce workshop est de réunir des acteurs de la recherche internationale sur les mécanismes de « chunking » qui ont proposé récemment de nouveaux cadres théoriques pour penser ces mécanismes. Le workshop sera organisé en interventions d’1h15 afin de prendre le temps d’entrer dans le détail de ces propositions théoriques et de les rendre abordables pour tout chercheur intéressé par ces mécanismes élémentaires ainsi que par tout étudiant de niveau Master en psychologie, neuroscience, linguistique ou informatique (la notion de chunking étant très liée à la question de la compressibilité).

Du 10/09/2018 au 11/09/2018

Workshop - “Redox Films for Energy Conversion – bioelectrochemical and molecular systems”

Les 10 septembre 2018, de 8h30 à 18h & 11 septembre 2018, de 9h à 13h, Maison des Astronomes, 1er étage - sur inscription

Workshop on “Redox Films for Energy Conversion – bioelectrochemical and molecular systems”

Organisé par Christophe Léger (BIP, CNRS, Marseille).

This workshop focusses on bioelectrochemical systems and molecular catalysts, and their incorporation into protective matrices. We will discuss the latest advances and future priority research directions to open up the applications of highly active but highly fragile catalysts.

Topics to be covered include:

  • Specific degradation pathways of  biological catalysts (oxidative/reductive stress, reaction with dioxygen and reactive oxygen species…)
  • Specific degradation pathways of molecular (non-biological) catalysts (hydrolysis, ligand exchange, degradation due to redox cycling, side-reactions for example with O2, H2O2, CO…)
  • Challenges and limitations in the engineering of tolerant/robust catalysts, including enzymes (the robustness/activity compromise, …)
  • Protection needs for electrocatalysts
  • Design, assembly, characterization and modelling of redox films and other protection matrices
  • Challenges and limitations in the design of the protection matrices
  • Bio-inspired protection
  • Engineered tolerance/protection synergies

    Programme complet et inscription ici

29/06/2018

CYCLE - Corps, soin et santé mentale dans l'exil

Vendredi 29 juin 2018, de 10h à 13h00, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - sur invitation

Séminaire du cycle "Corps, soin et santé mentale dans l'exil" 

Coordonné par Eléonore Armanet, Maître de conférences en anthropologie à l'Université d’Aix-Marseille, chercheur à l'IDEMEC - Institut d'éthnologie méditerranéenne, européenne et comparative (AMU/CNRS)

Le groupe croise les regards, les savoirs et langages de l'anthropologue et du clinicien pour explorer les effets de l'exil en contexte de migration – c'est-à-dire les dynamiques de « bricolage » identitaire, d'invention culturelle et de métissage, mais aussi le difficile exercice de la transmission entre les générations.

Participants : le groupe est composé d'anthropologues, de psychiatres, de psychothérapeutes et de psychanalystes.

Contact : eleonore.armanet@univ-amu.fr

Du 28/06/2018 au 28/06/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #32 : Exit seminar

Jeudi 28 juin 2018, 9h-12h30, Maison Neuve, 1er étage – entrée sur invitation

Exit seminar

Participants :

Naa Oyo Kwate (Associate Professor, jointly appointed in Department of Human Ecology and Department of Africana Studies. Rutgers, The State University of New Jersey)

Anna Serra Llobet (Résidente OT-Med/IMéRA ; Director, Sustainable Floodplains Project, Institute of International Studies, University of California Berkeley)

Gandolfo Gabriele David (Résidence Mucem/IMéRA ; Artiste)

David Gentilcore (Professor of Early Modern History, Centre for Medical Humanities and School of History, University of Leicester)

Sandra Iché (Artiste, danseuse et chorégraphe)

Javier Del Barco (Résident LabexMed/IMéRA ; Chargé de recherche, Department of Jewish and Islamic Studies, ILC-CSIC)

Levent Yilmaz (Professor, Koç University)

Krista Lynes (Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio)         

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

Du 25/06/2018 au 26/06/2018

SEMINAIRE - La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui

Les 25 & 26 juin 2018, 10h - 17h, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIè siècle à aujourd'hui

Organisé dans le cadre du programme de recherche Settling in motion1 et du Laboratoire International Associé franco-italien MEDITERRAPOLIS, le colloque a pour objet la mobilité dans la ville, de l’époque moderne à nos jours, appréhendée selon les méthodes de l’histoire, de la géographie, de la démographie et de la sociologie. Depuis toujours, la ville a représenté un pôle d’attraction pour les migrations et, plus généralement, un lieu de mobilité sous toutes ses formes. Plusieurs types de mobilité traversent en effet la ville, et et se diversifient selon la motivation (travail étude, famille, consommation, soins, etc.), la durée ou la fréquence (définitive, temporaire, occasionnelle, quotidienne, etc.), et l’étendue du déplacement, qui peut franchir les frontières d’un État comme se limiter à quelques centaines de mètres.Le colloque est centré sur la mobilité intraurbaine, c’est-à-dire toutes les formes de déplacement qui ont pour origine et pour destination la ville, quelques soient les raisons et les fréquences de ces mouvements. 

Organisation : Eleonora Canepari, UMR TELEMMe 7303, CNRS-AMU


Liste des intervenants :

Barbot Michela, Histoire, CNRS

Roumagnou Pierre-Benoit, Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Rabault-Mazières Isabelle, Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Ligorio Benedetto, Histoire, La Sapienza, Rome, Italie

Beya Abidi-Belhadj, Histoire, Université de la Manouba, Tunisie

Manga Kalnigs José Donadoni, Sociologie, Université de Maroua, Camerun

Nani Michele, Histoire, ISSM-CNR, Italie

Chevalier Paolo, Démographie, Paris Est-Univ. Barcelona

Petsimeris Petros, Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Rimoldi Stefania, Démographie, Università di Milano Bicocca

Durmaz Nihal, Sociologie, Université de Strasbourg

Gasperoni Michael, Histoire, CNRS

Bevilacqua Elena, Histoire, EHESS, Marseille

Crisci Massimiliano, Démographie, IRPPS, CNR, Italie

Anselmo Marcello, Histoire, TELEMMe, CNRS-AMU

Heins Frank, Démographie, IRPPS, CNR, Italie

Benassi Federico, Démographie, ISTAT, Italie

Tucci Enrico, Démographie, ISTAT, Italie


Contact : eleonora.canepari@univ-amu.fr

25/06/2018

JOURNÉE D’ÉTUDE – Art participatif et rituels contemporains

Lundi 25 juin 2018, 9h00 - 17h30, Mucem, Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP) Salle Khamsin – entrée sur inscription

Art participatif et Rituels contemporains

Journée organisée par le Mucem et l’IMéRA (AMU) dans le cadre de la résidence en partenariat de l’artiste Gandolfo Gabriel David.

Entrée gratuite sur inscription : i2mp@mucem.org


Cette rencontre propose d’appréhender le rôle de l’art participatif dans le champ de l’art contemporain, face aux défis culturels des sociétés contemporaines.

Elle est organisée à l’occasion de la résidence à Marseille de l’artiste palermitain Gandolfo Gabriele David, en vue de réaliser La Maison du Pain avec de jeunes migrants, parcours en quatre étapes autour de la Méditerranée.

Au cours de cette journée, il s’ agira d’étudier différentes formes de l’art participatif et de débattre de leurs contributions au retour d’un sens du commun, d’une expérience active de la communauté, au-délà des frontières géographiques, linguistiques et culturelles.

Chercheur.e.s, artistes, commissaires sont conviés à présenter leurs travaux et analyses et à échanger avec le public.


LES PARTICIPANTS :

Jean-Roch Bouiller, Conservateur chargé de l’art contemporain, Mucem

Arianna Cecconi, anthropologue, Marseille

Tuia Cherici, artiste, Marseille

Gandolfo Gabriele David, artiste, résident IMéRA/Mucem

Jean-Paul Fourmentraux, professeur des universités, sociologue, Centre Norbert Elias (CNRS/AMU/EHESS)

gethan&myles, artistes

Pascale Hurtado, IMéRA - Institut d'études avancées d'Aix-Marseille Université

Edouard de Laubrie, chargé de collections et de recherches, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation », Mucem

Valentina Gioia Levy, critique d’art, Rome

Estelle Zhong Mengual, historienne de l’art, Marseille

Pierre Oudart, directeur de l’Ecole supérieure d’Art et de Design de Marseille Mediterranée (ESADMM)

Yolande Padilla, Département recherche et enseignement, Mucem

Les Pas Perdus, groupe artistique, Marseille

Cédric Parizot, anthropologue, chercheur au CNRS, directeur-adjoint de l’IREMAM (AMU/CNRS)

Marine Schütz, historienne de l’art, Marseille

Conception et organisation : Gandolfo Gabriele David, Yolande Padilla, Alina Maggiore, Karine Gras, Pascale Hurtado

21/06/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #31 : Exit seminar

Jeudi 21 juin 2018, 9h00-12h30, Maison des astronomes, salle de conférences – entrée sur invitation

Exit seminar

Liste des participants :

Carla Makhlouf (Titulaire de la chaire IRD/IMéRA ; Professeur, Dept of Epidemiology and Population Health, et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut)

Enrico Donaggio (Professeur des universités, Università degli Studi di Torino -Dipartimento di Filosofia e Scienze dell'educazione)

Sarah Barman (Professor, School of Computer Science and Mathematics, Kingston University)

Marc Rodwin (Titulaire de la chaire SIRIC/IMéRA ; Professor of Law at Suffolk University Law School)

Bruce Broomhall (Professeur de droit pénal international à l'université du Québec à Montréal)

Carmen Herrero (Résidente AMSE/IMéRA ; Professor, University of Alicante, Economics Department)

Martin Müller (Swiss National Science Foundation Professor in the Department of Geography and Sustainability at the University of Lausanne)

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr
15/06/2018

CYCLE - La transition énergétique v/ les transitions énergétiques #9

Vendredi 15 juin 2018, 14h - 17h, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences – entrée libre

Le bâtiment « intelligent » intégré dans les réseaux « intelligents » : un défi clé pour la transition énergétique nécessitant une approche inter-disciplinaire, par Frédéric Wurtz (G2ELAB, Grenoble Génie Electrique laboratoire, UMR 5269 Université de Grenoble - CNRS - Grenoble-INP - UGA)

Séminaire dans le cadre du cycle mensuel "La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs" inscrit dans le programme "Phénomènes globaux et régulation" de l'IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Animation : B. Cointe, P. Fournier (LAMES), M.-T. Giudici (BIP), F. Rychen (GREQAM)

Contact : giudici@imm.cnrs.fr

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM

LIEN : article sur le cycle dans le Blog de l'IMéRA

Les interventions seront diffusées en streaming par la chaine Youtube de l’IMéRA : http://www.youtube.com/channel/UCFZc4ca3FMAZsLzAU4GJrHg/live


Biographie : Frédéric Wurtz est directeur de Recherche au CNRS, docteur ingénieur diplômé de l’institut Polytechnique de Grenoble. Il mène une activité de recherche interdisciplinaire sur les méthodes de conception, de supervision et d’utilisation des systèmes énergétiques impliquant les acteurs humains, des concepteurs aux utilisateurs. Ces travaux ont été appliqués aux dispositifs électromagnétiques, et aux systèmes impactant pour la transition énergétique (véhicules électriques, avions plus électriques, « smart-building », « smart grid », quartier et ville intelligente). Après avoir dirigé une équipe de recherche dédiée aux méthodes et outils de conception, il participative activement a l’animation du projet ECO-SESA, programme inter-disciplinaire adressant la thémeatique des « smart-energy districts » (voir https://ecosesa.univ-grenoble-alpes.fr )

Résumé : L’intervention montrera que les bâtiments intelligents (« smart-buildings »), intégrés dans des réseaux intelligents (« smart-grids »), peuvent significativement contribuer aux objectifs de la transition énergétique. En effet les bâtiments sont, d’une part, les plus grands consommateurs d’énergie dans le réseau électrique et pourraient devenir l’un des plus grands producteurs d’énergie renouvelable, en particulier grâce au concept de bâtiment à énergie positive, et ceci en offrant dans le même temps un important gisement de « flexibilité » en demande énergétique. Ceci peut-être obtenu en utilisant des modèles physiques et de l’optimisation pour une conception et une supervision « intelligente ». Nous détaillerons notre stratégie globale de recherche pour améliorer ce type de logiciel « intelligent », par une approche dite « humain dans la boucle » (« human in the loop ») dans laquelle nous considérons qu’il n’y aura pas de « bâtiments intelligents » sans « utilisateurs intelligents ». Ceci implique une recherche inter-disciplinaire complexe que nous développons dans un « living-lab », de l’échelle batiment (GreEn-Er), à l’échelle eco-quartier (Presqu’ile de Grenoble) dans lequel les usagers ont vocation à être impliqués comme consom’acteurs (« pro’sumers »), i.e comme concepteurs et usagers actifs. Ces recherches se développent dans le cadre du projet ECO-SESA.


OBJECTIFS : La loi sur « la Transition énergétique pour la croissance verte » qui fait suite au Grenelle positionne la transition énergétique comme un questionnement majeur pour nos sociétés et leur évolution. Mais, faut-il tenir pour acquise la perspective d’une évolution douce, progressive des choix énergétiques, vers un horizon bien défini, laissant seulement à discuter le rythme et les étapes de cette évolution ? Cela mérite examen pour préciser les espaces d’incertitude et de choix qui rendent pluriels les futurs énergétiques compte tenu des nombreuses imbrications de problématiques autour du thème de l’énergie et cela requiert la mobilisation de compétences d’analyse variées.

Ce cycle de séminaire, qui se déroule sur une base mensuelle, est l’occasion de faire discuter des chercheurs, enseignants-chercheurs et personnalités de différents horizons et disciplines sur ce questionnement.

Grâce à la diversité des intervenants, il se donne pour objectif : (i) d’articuler des savoirs scientifiques sur des domaines variés pour penser les conditions de possibilité des changements de pratiques en matière d’énergie ; (ii) de situer le rôle et les répertoires d’action du politique en matière d’orientation des pratiques énergétiques ; (iii) -de (re)-positionner la problématique de recherche sur l’énergie dans un ensemble plus vaste de questions et avec des éléments de contexte ; (iv)-de situer l’énergie comme un domaine de réflexion fécond pour sa problématique de recherche hors énergie.

Programme : modules de formation de 3 heures chacun (14h-17h)

14/06/2018

CYCLE - Styles de vie en Méditerranée #6

Jeudi 14 juin 2018, 16h00 - 19h00, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférence - entrée libre

“Made in Italy” & "Felicità italiane", rencontre avec Enrico Donaggio (Université de Turin, résident de l’IMéRA) & Kevin Petroni (Université Paris IV)

Le cycle "Styles de vie" s'inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA. Il est co-organisé par Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l'IMéRA et Marielle Macé, directrice d’études à l’EHESS.

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM


Comment vivre ? Et comment vit-on, ici, ailleurs ? Ces questions nous serviront de fil conducteur tout au long de ce nouveau cycle de recherche qui se propose de questionner, à partir de plusieurs angles de vue, les styles de vie en Méditerranée. C’est à l’échelle de la Méditerranée que nous proposons un champ d’analyse comparée qui permet, à partir d’un « monde », ou plutôt d’un « entre-mondes », d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Alors que nos modes de vie, nos rythmes de vie, nos styles de vie sont appelés à se transformer, ce cycle de recherche se propose d’apporter un éclairage nouveau pour tenter de mieux comprendre le monde tel qu’il va, et le monde méditerranéen, en particulier. L’attention aux formes du vivre indique effectivement une vie redevenue faculté et c’est bien cette « marge humaine » que nous allons rechercher, à travers des regards singuliers et la parole d’invités prestigieux qui vont nous faire partager leur expérience et leur pensée. Styles de vie, un nouveau Rendez-Vous, en 2018, du programme Méditerranée de l’IMéRA, proposé par Marielle Macé et Thierry Fabre.


Contact : thierry.fabre@univ-amu.fr

14/06/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #30 : Raouf Boucekkine & Pierre Livet

Jeudi 14 juin 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage – entrée sur invitation

Methodological CBS on Interdisciplinary research: Rationales and design, chaired by Raouf Boucekkine & Pierre Livet

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr
Du 12/06/2018 au 15/06/2018

SEMINAIRE - Introduction aux méthodes participatives en santé environnement

Du 12 au 15 juin 2018, 9h00 - 17h00, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée sur inscription

Introduction aux méthodes participatives en santé environnement

Formation organisée à l'IMéRA à la suite de la résidence en 2013-2014 de Barbara Allen, Sociologist, Professor and Director of the Graduate Program in Science and Technology in Society (Virginia Tech University).


L’équipe de FOS EPSEAL organise entre les 12 et 15 juin 2018 un séminaire intitulé “Introduction aux méthodes participatives en santé environnement”. Les 4 jours de séminaires et de formations auront lieu à l’IMERA à Marseille. Le séminaire est organisé par une équipe pluridisciplinaire (sociologie, épidémiologie et anthropologie) franco-américaine (FOS EPSEAL) http://fosepseal.hypotheses.org/), expérimentée dans le domaine des recherches participatives en santé environnement. Ainsi, les étudiants, les chercheurs, les membres des associations ainsi que les professionnels de la santé sont invités à participer gratuitement à ce séminaire.

Le séminaire portera à la fois sur les méthodes quantitatives en épidémiologie et en épidémiologie participative et sur les méthodes qualitatives utilisées. Il s’agira d’apporter un éclairage sur une des manières possibles de collaborer entre plusieurs champs disciplinaires afin de conduire des études participatives dans le champs de la santé environnement. Comment mobiliser les citoyens et les habitants dans une recherche participative dans un territoire industriel ? Comment travailler en interdisciplinarité afin d’améliorer la connaissance du territoire et la pertinence de la recherche scientifique? Comment réaliser des restitutions impliquant l’ensemble des acteurs locaux afin d’améliorer la portée des résultats de ces études? - constitueront autant de thèmes abordés pendant ce séminaire.

Le séminaire est financé par l’ANSES (’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), le financeur de l’étude Fos EPSEAL. 


11/06/2018

CYCLE DOCTORAL - Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global #6

Lundi 11 juin 2018, 10h-12h, IMéRA, Maison des Astronomes, salle de conférences - entrée libre

Travailler. Un marché multi-situé, avec Juana Moreno Nieto (anthropologie sociale, LabexMed – LEST UMR7317) & Emmanuelle Hellio (sociologie, LabexMed-MuCEM, LEST UMR7317)

Séminaire doctoral interdisciplinaire coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303), Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303)

Inscription des doctorants : Direction de la Formation Doctorale AMU - ADUM


Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine. Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels. Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.). La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.


Contact: eleonora.canepari@univ-amu.fr

07/06/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #28 : Sandra Iché, Raouf Boucekkine, Levent Yilmaz et Pierre Livet

Jeudi 7 juin 2018, 10h30-12h30, Maison Neuve, 1er étage – entrée sur invitation

Methodological CBS around counterfactuals, Avec Sandra Iché (artiste indépendante, danseuse, chorégraphe et résidente IMéRA 2017-2018), Raouf Boucekkine (Directeur de l’IMéRA, Professeur des universités, GREQAM et AMSE
Membre senior de l'Institut Universitaire de France), Levent Yilmaz (Professor, Koç University, History et résident IMéRA 2018-2018) et Pierre Livet (Professeur émérite de philosophie, Aix-Marseille Université).

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.


Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

05/06/2018

CYCLE - Recherches numériques – humanité numériques #5

Mardi 5 juin 2018, 14h00 - 18h00, IMéRA, Maison Neuve, 1er étage - entrée libre

Les problèmes des données

Cycle organisé par Pierre Livet dans le cadre du programme Rencontres Sciences et Humanités de l'IMéRA.


Résumé : Les recherches numériques exigent de définir les formats des données en fonction des programmes qui les exploitent, et on doit pouvoir les enrichir, et combiner des données de différents types, pour différentes tâches (analyse et automatisation dans le domaine du langage, moisson de données Internet, analyse automatique en imagerie, etc.). La complexité des problèmes soulevés est encore accrue par leurs usages en SHS. Ce séminaire analysera quelques-uns de ces problèmes.

Avec la participation :

Patrice Bellot, Pr. Informatique, LIS, Chargé de mission IST-Fouille de textes - INS2i CNRS, AMU : Recherche d’information : quelles sont les données utiles et comment les croiser ?

Philippe Blache, Dir. Linguistique et informatique, Directeur de l'Institut Convergence ILCB, AMU : Données et description du langage en contexte naturel : le défi de la multimodalité

Sarah Barman, Pr. School of Computer Science and Mathematics, Kingston University, résidente Iméra : Automatic analysis of medical images and machine learning

Fidelia Ibewke SanJuan, Pr. Ecole de Journalisme et Communication (EJCAM), AMU : Les défis méthodologiques et épistémologiques posés par les big data en SHS


Contact : pierre.livet@univ-amu.fr

05/06/2018

JOURNÉE D'ÉTUDES - Corps de chercheurs, paroles d’artistes, du franchissement à la perturbation

Mardi 5 juin 2018, 10h00 - 16h30, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

JOURNÉE D'ÉTUDES - Corps de chercheurs, paroles d’artistes, du franchissement à la perturbation

Cette journée d’étude réunira deux équipes d’artistes provenant du spectacle vivant (danse, théâtre, cirque) et des universitaires (sociologues, histoiriens, anthropologues), dont les projets articulent étroitement recherche et création artistique. Elle est organisée à l’occasion de la résidence de Sandra Iché (danseuse) dans le cadre du programme Art, Sciences et Société de l’Institut d’études avancées d’Aix Marseille Université (février-Juillet 2018).

Conçue comme un temps dynamique et public d’échanges d’expériences, cette journée espère alimenter une réflexion engageant les différents protagonistes des collaborations arts-sciences (scientifiques, artistes, institutions universitaires, acteurs de la production et de la diffusion artistique, tout un chacun constituant les « publics », lecteurs ou spectateurs, etc.) autour des enjeux que recouvrent ces expérimentations d’écriture au croisement du spectacle vivant et des sciences humaines et sociales.

Articulant des formats de prises de parole allant de la conférence à la performance, cette journée mettra en acte trois axes de réflexion :
– Tout d’abord, nous nous interrogerons sur les conditions (opportunités et obstacles) de mise en œuvre de ces projets qui font émerger des échanges, des pratiques et des formats qui ne sont pas toujours reconnus comme légitimes dans les champs universitaires et artistiques, alors que les incitations à tenter ces aventures transdisciplinaires sont de plus en plus nombreuses (multiplication croissante des dispositifs de financements et des contextes de diffusion portant l’intitulé « arts-sciences »).
– Ensuite, nous nous efforcerons d’évaluer les retombées de ces articulations. En se déplaçant de son propre champ disciplinaire et en fréquentant, voire en empruntant, provisoirement, les outils et les visées d’un autre champ, qu’apprenons-nous à distinguer, à préciser, à amplifier pour les processus d’élaboration de la recherche d’une part et pour ceux de la création artistique d’autre part ?
– Enfin, nous envisagerons dans quelles mesures, en ouvrant de nouvelles formes de circulation et de diffusion du savoir et de la création artistique, ces expérimentations sont susceptibles de repositionner les artistes et les chercheurs dans la société.


Programme :

10h00-10h30 - Introduction

Jean Paul Fourmentraux, professeur des universités, sociologue, Centre Norbert Elias (CNRS/AMU/EHESS)
– Théâtre de laboratoire : œuvres frontières entre arts et sciences

10h30-13h00 - Session 1 : Droite-Gauche

Renaud Golo, Sandra Iché, Lénaïg Le Touze (artistes), Candice Raymond (historienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ERC Civil Wars), Marjorie Glas (sociologue, CMW, Lyon et IRIS, EHESS, Paris), Frédéric Pouillaude (maître de conférences en philosophie, Sorbonne Université, Institut universitaire de France)
– Expérimentation collective et transdisciplinaire autour de termes clés de la collaboration arts-sciences telle que nous l’avons pratiquée : sources, imaginaires, énonciations

Discutant : Jean Paul Fourmentraux, professeur des universités, sociologue, Centre Norbert Elias (CNRS/AMU/EHESS)

13h00-14h30 - Pause déjeuner
14h30-16h30 - Session 2 : De Entre à Chroniques à la frontière

Cédric Parizot (anthropologue, IREMAM, Aix Marseille Univ./CNRS), Vincent Berhault (jongleur et metteur en scène, Cie les Singuliers)
– Retour sur deux perturbations créatrices au croisement du cirque et de l’anthropologie

Discutant : Yannick Butel, professeur des universités, esthétique et réception, LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts, Aix Marseille Université)

Sur Droite-Gauche
Droite-Gauche est l’intitulé d’un spectacle de Sandra Iché (création au Théâtre de la Joliette, Festival Parallèle, 2 et 3 février 2018) et dont les réflexions partagées ici émanent. « Comment se fondent et se forgent nos orientations politiques ? », telle était la question matrice de Droite-Gauche. Droite-Gauche a été conçu autant comme l’exposition d’une recherche que comme sa mise en jeu chorégraphique et théâtrale.

Production : Association Wagons libres. Accompagnement en production/diffusion : Plateforme Parallèle pour la jeune création internationale (Marseille). Coproductions : La Villette (Paris), Pôle Arts de la Scène – Friche de la Belle de Mai (Marseille), Nouveau théâtre de Montreuil, Réseau projet européen – DNA, PACT Zollverein (Essen, Allemagne), Théâtre Joliette (Marseille), Théâtre La Passerelle (Scène nationale de Gap). Soutiens : DRAC Rhône-Alpes, Fonds franco-allemand TransFabrik, Regards et Mouvements-Superstrat. Partenariat scientifique et aide à la résidence : programme d’accueil LabexMED (Université Aix-Marseille) – Fondation Camargo (Cassis).

Sur Chroniques à la frontière
Chroniques à la frontière (30′) est une performance solo, un billet d’humeur théâtral et jonglé, un blog scénique. Au croisement d’un numéro de jonglage, de clown et d’une conférence de science politique, elle interpelle sur les manières dont nous parlons, représentons et pensons les transformations des frontières au 21ème siècle. [Pour plus d’informations]

Production : Cie les Singuliers. Coproductions: Centre International des Arts en Mouvement, Institut de recherche et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR7310, Aix Marseille Université, CNRS), Institut d’études avancées d’Aix Marseille Université

Sur Entre
Hétérographie circassienne, Entre propose ainsi une autre forme d’écriture, au croisement d’une démarche de création et de recherche. Les langages du corps et du mouvement s’associent à la communication verbale, non pas pour tenter de transmettre un message ou une analyse à propos de l’expérience ou du contrôle aux frontières, mais davantage pour amener les spectateurs à s’interroger sur les cadres et les images à travers lesquels ils envisagent et construisent ces phénomènes. [Pour plus d’informations]

Production : Cie les Singuliers. Coproductions: Théâtre d’Arles, scène conventionnée art et création pour les nouvelles écritures / Cie 36 du mois – Cirque 360 (Fresnes) / Pôle National des Arts du Cirque de la Verrerie (Alès) / l’Espace Périphérique de la Villette (Paris). Accueils en résidence : Théâtre L’Echangeur (Bagnolet) / 2R2C (Paris) / CIAM Centre International des Arts et du Mouvement (Aix-en-Provence) / Le pOlau Pôle des Arts urbains (St Pierre des Corps) / Le vent se lève (Pantin) / Atelier du plateau (Paris) / Académie Fratellini (Saint-Denis) / l’Espace Périphérique de la Villette Paris / Monfort Théâtre (Paris) / Cie 36 du mois – Cirque 360 (Fresnes) / Pôle National des Arts du Cirque de la Verrerie (Alès) / Théâtre d’Arles, scène conventionnée art et création pour les nouvelles écritures.Soutiens et Subventions : DRAC Ile-de-France, aide à la production dramatique / DGCA, aide à la création pour les Arts du Cirque / Région Ile-de-France, aide au projet / ADAMI et SPEDIDAM, aides à la création / Ville de Paris, aide à la diffusion / SACD, Processus Cirque / Institut de Recherche et d’Étude sur le Monde Arabe et Musulman, UMR7310 (Aix Marseille Université, CNRS) / Institut d’Études Avancées (IMéRA) d’Aix Marseille Université.

Du 31/05/2018 au 01/06/2018

JOURNÉE D'ÉTUDES - Mille et Une lectures d'Ibn Khaldun. Rencontres autour de Gabriel Martinez-Gros

Jeudi 31 mai 2018, 14h30 - 18h00 et vendredi 1er juin 2018, 9h30 - 12h30 - entrée sur réservation

Mille et Une lectures d'Ibn Khaldun. Rencontres autour de Gabriel Martinez-Gros

Les élèves et amis de Gabriel Martinez-Gros, professeur à l’Université Paris Nanterre, se réuniront avec lui à Marseille pour discuter âprement et célébrer joyeusement son œuvre féconde, qui a renouvelé en profondeur notre lecture de l’histoire de l’Islam, dans le sillage de la pensée d’Ibn Khaldun.  

Entrée sur réservation auprès de Julien Loiseau (julien.loiseau@univ-amu.fr).


Contact : julien.loiseau@univ-amu.fr

31/05/2018

CONFÉRENCE - Ressources naturelles, conflits et responsabilités internationale

Jeudi 31 mai 2018, 14h00 - 17h30, Bibliothèque de l'Alcazar, 52 cours belsunce, 13001 Marseille - entrée libre

Ressources naturelles, conflits et responsabilités internationale

Conférence publique organisée par l’IMéRA et l’IDEP.

Résumé : L’exploitation illicite, voire le pillage, des ressources naturelles de nombre de pays du Sud a pris une tournure inquiétante avec la croissante mondialisation des échanges. Ce phénomène majeur va de pair avec le délitement des États nationaux du Sud et les violations systématiques des droits humains. Cette situation pose la question du rôle de la communauté internationale. Quels cadres et normes juridiques pourraient s’appliquer efficacement dans ce cas ?


Liste des participants :

  • Bruce Broomhall (Professeur à l’Université du Québec à Montréal et résident à l’IMéRA 2017-2018)

Les économies illicites de conflit et la responsabilité internationale

  • Franceline Lepany (Présidente du conseil d’administration de Sherpa)

Les ONGs contre l’exploitation illicite des ressources naturelles : l’expérience de Sherpa

  • Stefaan Marysse (Professeur émérite à l’Université d’Anvers)

La gouvernance au quotidien : entre réformes et éléphants blancs dans le domaine des ressources naturelles

  • Jean-Baptiste Ntagoma (Professeur à l’Université Catholique de Bukavu, République Démocratique du Congo, conseiller principal du Premier Ministre de la RDC 2012-2016)

Évolution du code minier en RDC : principes et enjeux


Organisateurs : Bruce Broomhall (Professeur à l’Université du Québec à Montréal et résident à l’IMéRA 2017-2018) et Raouf Boucekkine (Directeur de l'IMéRA, Professeur des universités, GREQAM et AMSE Membre senior de l'Institut Universitaire de France, IUF).

31/05/2018

COMMUNITY BUILDING SEMINAR #27 : Wendy Schoener & Barbara Bedont

Jeudi 31 mai 2018, 10h30 - 12h30, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée sur invitation

Authoritarianism or Precision? Inclusion or Exclusion ? The Challenges of Diversity in the French Public School System, avec Wendy Schoener (College of Liberal Arts, University of Massachussets) and Barbara Bedont (writer)

Le "Community Building Seminar" a lieu chaque semaine et permet aux résidents de partager à tour de rôle leurs recherches, problématiques et méthodes avec les autres résidents.

Contact : pascale.hurtado@univ-amu.fr

31/05/2018

SEMINAIRE - Pollutions, mobilisations environnementales et territoires : le cas des écosystèmes fluviaux et littoraux de Port Saint-Louis du Rhône à Marseille

Jeudi 31 mai 2018, 9h00 - 17h00, IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences - entrée libre

Pollutions, mobilisations environnementales et territoires : le cas des écosystèmes fluviaux et littoraux de Port Saint-Louis du Rhône à Marseille

En collaboration avec les OHM Vallée du Rhône, Littoral méditerranéen et Bassin Minier de Provence.

Organisatrices :

Carole Barthélémy, LPED, UMR 151 AMU-IRD

Valérie Deldrève, IRSTEA, Bordeaux

Isabelle Laffont-Schwob, LPED, UMR 151 AMU-IRD

Juliette Rouchier, LAMSADE, CNRS-Paris Dauphine, GDR Policy Analytics.


Contact : juliette.rouchier@lamsade.dauphine.fr

PDF icon