Babacar Kanté et Lahouari Addi, premiers co-titulaires de la chaire AUF-IMéRA

Les professeurs Babacar Kanté (Université Gaston Berger, Saint Louis, Sénégal) et Lahouari Addi (Georgetown University,  émérite Sciences Po Lyon) ont été retenus par le comité de sélection joint de l’Agence Universitaire de la Francophone (AUF) et de l’IMéRA pour occuper la chaire jointe AUF/IMéRA sur Changements Structurels et Dynamiques Institutionnelles en Francophonie lors de l’année académique 2019-2020. Ce seront donc les premiers titulaires de cette chaire jointe. 


           

Babacar Kanté est professeur agrégé de droit public et de science politique depuis 1995. De 1990 à 2000, il a été directeur de l’UFR des Sciences juridiques et politiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, puis Doyen Honoraire de ladite UFR. Auparavant, il a été chef du département de droit public de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de 1984 à 1990, après une thèse de doctorat d’Etat soutenue à l’Université d’Orléans (France) en 1983. De 2002 à 2006, il a été Vice-président du Conseil constitutionnel du Sénégal et, de 2009 à 2013, il a été membre en service extraordinaire de la Cour suprême.  Le professeur Kanté est auteur de nombreuses publications en droit constitutionnel et en sciences politiques ; il a en outre été coordonnateur de plusieurs projets de recherche et experts auprès d’organisations internationales (ONU, OIF). Son projet de recherche retenu par le comité de sélection porte sur Droit Constitutionnel et Irénologie :  Pour une Science Constitutionnelle de la Crise.


 

 

Lahouari Addi est sociologue et politologue, docteur d’Etat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris en 1987. Il a été professeur de sociologie à l’Université d’Oran (Algérie) puis à Sciences Po Lyon, Université de Lyon, dont il est professeur émérite. Depuis quelques années, il vit aux USA, où il est chercheur associé à Georgetown University. Théoricien reconnu de la "régression féconde" appuyée sur le modèle tunisien où les islamistes au pouvoir sont obligés de tenir compte des réalités de la société et de l'Etat, il a commis de nombreux ouvrages et articles sur l'islamisme et la transition vers la démocratie. Son dernier livre est "Radical Arab Nationalism and Political Islam" (Georgetown University Press, 2017). Professeur et/ou chercheur invité dans de nombreuses universités, il a été notamment résident de l’Institut d’Etudes Avancées de Princeton en 2002-2003. Son projet de recherche retenu par le comité de sélection porte sur Réformes Structurelles dans les Pays Riches en Ressources Naturelles :  le double statut économique et politique de la rente