Le Chant Ininterrompu Pour la Ville - Concert performance de Sinzo Aanza et Christophe Leloil

Le Chant Ininterrompu Pour la Ville
Concert performance de Sinzo Aanza et Christophe Leloil

 

 

Marseille accueillera le 27 janvier à l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (Iméra) le concert performance de l’artiste Congolais Sinzo Aanza et du trompettiste Christophe Leloil

La soirée comportera aussi une partie visuelle de vidéos montées au musée de Lubumbashi (Congo), pour la biennale de Lubumbashi, et bientôt au Museum Rietberg Zurich (Suisse).

Lieu : l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (Iméra), le portail principal est situé au 2 Place Leverrier, 13004, Marseille.

Heure : 17h heure exacte du début du concert.

L’accueil du public se fera à partir de 16h30, places limitées.

 

Entrée gratuite, places limitées.

 

Contexte

Kinshasa, la ville des villes congolaises, est ainsi une vaste entité à la fois farouchement centrée sur elle-même et largement tournée vers l’extérieur. C’est le coeur du compromis érigé en principe fécondant. C’est de là que partent les choses, les biens, les personnes, les rythmes, les mots, les sensibilités, les minerais, les chansons et c’est là que tout reviendra en poursuivant le processus de transformation de soi-même et du monde. Le compromis se positive et devient ferment de renouvellement des imaginaires. 

Le Chant Ininterrompu Pour la Ville part d’une création sonore pensée par l’artiste congolais Sinzo Aanza. Ce travail, qui s’inscrit dans le cadre du Mémorial Improbable, fiction mémorielle que construit l’artiste depuis deux années, revisite des chants et partitions produits selon les cultures et les savoirs pré-coloniaux des différentes régions du Congo. Sélectionnés dans le fonds sonore de l’Africa Museum de Bruxelles, ils sont les traces de pratiques et de performances quasiment disparues n’ayant pas résisté au développement des villes tandis que certaines avaient été interdites par les autorités coloniales. Ils sont alors confrontés, à travers une intelligence artificielle, aux formes de musiques développées ultérieurement, avec le contact entre les rythmes d’esclaves de la Place Congo en Nouvelle Orléans et des compositeurs de musique classique européenne, la culture afro-américaine et les cultures urbaines contemporaines.

Une pérégrination a été entamée pour inviter des artistes jouant d'instruments principaux à réagir au son sous forme de performance. Une première performance a eu lieu au Provitreff de Zurich (Suisse) dans le cadre du Free Flow Festival, ce qui a permis d'intégrer le batteur Vincent Glanzmann de Zurich et la percussionniste Huguette Tolinga de Kinshasa. Une deuxième performance a eu lieu à Lubumbashi permettant d'intégrer deux guitares, celle de Bebson de la rue, musicien et concepteur d'instruments à Kinshasa, ainsi que celle de Vicko Tengwa, soliste de Lubumbashi vivant à Kinshasa. Marseille accueillera le 27 janvier à l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (Iméra) la troisième performance, avec le trompettiste Christophe Leloil et l’artiste Congolais Sinzo Aanza.

 

Les artistes