Deuxième sortie pour le projet éditorial de l’atelier de recherche ArTLib

Créé en 2019 à l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université (IMéRA), l’Atelier de recherche Travail et Libertés (ArTLib) est un collectif interdisciplinaire et international qui vise à discuter et diffuser des idées et des pratiques liées aux transformations profondes du travail et à leurs effets dans la sphère des libertés et des utopies personnelles et collectives. L’activité publique d’ArTLib ne consiste pas seulement dans l’organisation de conférences et débats avec les meilleurs spécialistes de France. Elle prévoit également une série de publications directement liées à ces moments de rencontre et de discussion qui ont démarré en 2019 à l’IMéRA.

Pour réalimenter le débat scientifique italo-français – autrefois fondamental – autour des questions fondatrices d’ArTLib, il est prévu une série de traductions, avec une postface inédite, des livres les plus importants des invités d’ArTLib, dont beaucoup n’ont pas été publiés de l’autre côté des Alpes. Après le premier de ces volumes – La comédie humaine du travail de Danièle Linhart – un autre ouvrage vient maintenant de paraître en italien, intitulé L’engrenage c’est nous.

--

A propos de l'ouvrage

A l’époque de sa première publication en France en 1998, L’engrenage c’est nous, était en quelque sorte un livre visionnaire. Aujourd’hui, dans une nouvelle traduction et avec une post-faction inédite où l’auteur fait un bilan important du destin de son ouvrage, il est par contre un texte trop actuel. Christophe Dejours dresse en effet dans ses pages un tableau lucide et minutieux des transformations bouleversantes que connaît le monde du travail à l’époque néolibérale. Ses études sur le terrain révèlent à tous les niveaux - dirigeants, cadres, employés - une aggravation déconcertante de la souffrance psychophysique. Mais, en même temps, il constate que ce nouveau système de gestion, même s’il est incroyablement nocif, prospère et ne se maintient que grâce à la complicité active de ses propres victimes : travailleurs et travailleuses. Avec les armes de la clinique et de la psychopathologie Dejours décrit cette forme de servitude volontaire, en fournissant la clé pour la déchiffrer : le mécanisme défensif de la banalisation du mal et de l’injustice sociale. De cette manière ce livre nous indique des stratégies pour résister, pour penser et pratiquer - individuellement et collectivement - un travail vraiment libre et humain.

Résumé et informations sur l’ouvrage en italien: https://www.mimesisedizioni.it/libro/9788857572888

Résumé et informations sur l’ouvrage en français : https://www.seuil.com/ouvrage/souffrance-en-france-la-banalisation-de-l-...