Explorations interdisciplinaires

Programme conçu et coordonné par Gabriella Crocco, épistémologue, Professeure AMU

Le programme Explorations interdisciplinaires porte sur toutes les problématiques liées à la théorie et à la pratique de l’interdisciplinarité dans la recherche et dans l’enseignement universitaires.

Ce programme est articulé autour de trois axes associés à des séminaires et des cycles de conférences ouverts à l’ensemble des résidents, aux enseignants-chercheurs d’AMU mais également au public plus large de tous ceux qui, par leur profession et leurs questionnements, s’intéressent au devenir de la science dans notre société.

1. Interdisciplinarité : le défi d’un équilibre instable

Les termes « interdisciplinarité » et « transdisciplinarité » ont été conçus à la fin des années 1960 comme un rempart contre l’hyperspécialisation, l’émiettement et le conservatisme des savoirs disciplinaires. Aujourd’hui devenue une réalité encadrée par de nombreux dispositifs locaux, nationaux et internationaux, la pratique de l’interdisciplinarité doit relever un défi de taille : trouver un point d’équilibre entre l’ordre statique des organisations disciplinaires et l’accélération constante des changements conceptuels induits par l'interdisciplinarité elle-même. Cette accélération réduit les temps nécessaires à un débat théorique rigoureux, particulièrement crucial pour la construction de formations interdisciplinaires d’excellence.

Cet axe du programme est donc consacré à l’élaboration de connaissances et de stratégies pour affronter ce défi.

Parmi les questions pour relever ce défi :

Dans quel contexte les différentes conceptions de l’interdisciplinarité et de la transdisciplinarité sont-elles apparues ? Sur quels présupposés (implicites ou explicites) se sont-elles appuyées ?

Qu’est-ce que l’épistémologie, l’histoire et les sciences humaines et sociales nous apprennent sur l’organisation des disciplines scientifiques, leurs identités, les dynamiques qui sont à la base de leur émergence et de leurs transformations ?

2. Laboratoires de l’interdisciplinarité : transferts des concepts et analyse et des pratiques

Un des atouts de l’interdisciplinarité est sa capacité à stimuler la construction de concepts « nomades », d’analogies et de métaphores utiles pour la modélisation de phénomènes appartenant à des domaines différents. Le passé récent de la science montre sans l’ombre d’un doute la fécondité du dialogue entre les disciplines avec les exemples des concepts de structure, de fonction, d’information, de boucle de rétroaction. Aujourd’hui la pratique interdisciplinaire est identifiée comme un facteur créatif dans la production de connaissances nouvelles permettant de comprendre des problèmes impossibles à résoudre à partir d’un seul regard disciplinaire. Des questions restent toutefois ouvertes.  

Comment se produisent la circulation, les emprunts, les échanges de concepts, de théories ou de méthodes entre disciplines ? Comment ces concepts, théories et méthodes sont-ils affectés par leur transfert d’une discipline à l’autre ? Comment ces nouveaux éléments peuvent-ils être intégrés de manière cohérente dans les disciplines ? Quelles nouvelles normes et quels outils pédagogiques pour leur transmission ? Comment les savoirs disciplinaires sont-ils déconstruits puis reconstitués en fonction des enseignements interdisciplinaires ? 

Pour répondre à ces questions il est indispensable de mettre en place une analyse comparative des sciences exactes, des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales, tout en considérant avec attention des disciplines qui, comme la médecine, mobilisent des connaissances provenant de l’ensemble de ces domaines. La collaboration avec la Mission Interdisciplinarité, les Instituts d’AMU et les expériences de formation et de recherche qui y sont conduites constituent un atout essentiel pour le développement d’un véritable laboratoire international d’analyse critique des pratiques interdisciplinaires de recherche et de formation, que les résidents IMERA pourront co-animer avec leur expérience et leurs compétences.

3. Perspectives cognitives : un dialogue complexe

Parmi les disciplines qui depuis longtemps se sont développées grâce à une pratique interdisciplinaire, les sciences cognitives constituent un cas exemplaire par la vivacité et la fécondité de leurs recherches. Réunissant des chercheurs en neurosciences, en psychologie, en sciences du langage et de la communication, en informatique, en mathématiques et en médecine, les sciences cognitives visent à répondre à des questions fondamentales concernant le développement et le fonctionnement normal et pathologique du langage et du cerveau en relation à toute forme de connaissance. Deux pôles se dessinent toutefois dans l’organisation de ce champ de recherche selon que l’analyse psychophysiologique ou au contraire l’analyse du langage et de l’interaction communicationnelle y occupent une place prépondérante. Comment s’organise le dialogue à l’intérieur de ces deux pôles ? Quels concepts et quelles méthodes les différentient ? Quelles spécificités dans l’enseignement et la formation doctorales faut-il cultiver pour explorer la complémentarité des deux approches ? Quels effets le développement des sciences cognitives dans leur ensemble a pu avoir sur les disciplines qui les nourrissent (psychologie, linguistique, neurophysiologie etc..) ? Tels sont les questions autour desquelles le travail s’organisera.

Le programme Explorations transdisciplinaires s’appuie sur deux chaires : la chaire ILCB/IMéRA, Language, Communication and Brain et la Chaire Inserm


Pour plus d'information, veuillez contacter Gabriella Crocco, directrice du programme : gabriella.crocco@univ-amu.fr