VASSELIN Harold

Artiste cinéaste, ingénieur des Mines, docteur en physique
Période de résidence: 
octobre - novembre 2009
mars - mai 2010
Projet de recherche: 
Ecriture et préparation du film "Shabono", troisième volet du triptyque des "Regards interrogatifs".
Résumé du projet: 

Harold Vasselin développe à l'IMéRA le troisième volet des "Regards interrogatifs". Les "regards interrogatifs" – Un triptyque :

- Comment Albert vit bouger les montagnes

- Opération Epsilon

- Shabono

Cet ensemble de trois films raconte trois histoires de regards, trois récits de passages lors desquels une interrogation scientifique vient à modifier la perception du monde.

Comment Albert vit bouger les montagnes se situe au XIXème siècle. Il relate une polémique sur le mouvement des montagnes - la clarté de vision, et malgré tout l'erreur d'Albert Heim.

Le film Comment Albert vit bouger les montagnes, produit par Catherine Jacques (Mandrake films), a été présenté au festival de Locarno 2008.

Opération Epsilon est cadré autour d'une science phare du XXème siécle : la physique quantique. Cette science a posé une relation nouvelle au monde, une relation qui s'établit à travers un usage très poussé de l'abstraction mathématique. C'est aussi – et c'est, en première analyse, paradoxal – le terrain sur lequel la question de la responsabilité du savant est le plus intensément, le plus tragiquement posé.

La question de l'usage du savoir - question morale, question politique – est ici centrée autour du personnage de Werner Heisenberg.

Opération Epsilon est actuellement en production.

Shabono est le troisième volet, actuellement en écriture. Ce film se situe en notre début de XXIème siècle autour des sciences du climat. Il questionne une représentation de la nature sous forme de "modèle" : Si Albert Heim pense avec son crayon, si Werner Heisenberg pense avec son cerveau, le scientifique d'aujourd'hui pense au moyen d'un "modèle", c'est à dire d'un être virtuel où s'agrègent des millions de datas et de concepts, recueillant les expériences de dizaines de milliers de personnes et les phénomènes de centaines de milliers de lieux, mettant ainsi en relation la pensée et le monde, l'homme et la nature, d'une façon totalement inédite dans l'histoire humaine. Il se trouve que cette "pensée" se trouve confrontée à une responsabilité elle aussi de forme et de nature totalement nouvelle, puisque, face au risque climatique, elle engage non l'homme (un homme), mais l'humanité.

Le personnage principal est un climatologue travaillant sur les interconnexions entre la végétation et l'atmosphère. Sa quête le conduira à la recherche d'une plante particulière, en forêt amazonienne…

Le triptyque des regards interrogatifs fait une suite en trois récits, trois fictions appuyées sur des faits, historiques et scientifiques. Ce passage par l'histoire est utile pour construire un récit d'aujourd'hui : Les questions de relation de l'homme et de la nature - relation de savoir et relation de responsabilité - sont aujourd'hui au devant des préoccupations. Ces questions ont aussi une épaisseur historique, inscrite et interrogeable dans l'histoire des représentations.

En relation avec la résidence: 

« Thinking like a cloud », article par Harold Vasselin, Leonardo’s workshop « L’eau est dans l’air », Juin 2012, IMéRA.

« L’art de connaître », entretien avec Harold Vasselin, artiste, Wildproject : Journal of environmental studies (7), 2010.

Curriculum Vitae: