Judith Dehail

Maîtresse de conférences en médiation culturelle des arts, Aix-Marseille Université - AMU Fellow
Période de résidence: 
Septembre 2022 - Janvier 2023
Projet de recherche: 
REMED – Médiation des récits minoritaires au musée
Résumé du projet: 

Le projet REMED a ainsi pour objectif d’explorer des perspectives innovantes pour penser la place des récits minoritaires au musée en se fondant sur une approche transversale de l’institution muséale, questionnant les cloisonnements entre conservation, curation, médiation culturelle et publics afin de proposer des nouvelles formes de collaboration et d’engagement. Il s’agit en effet de postuler que la séparation stricte opérant, dans la plupart des grandes institutions muséales, entre travail curatorial d’un côté et travail de la médiation de l’autre limite drastiquement l’exploration des potentialités du devenir de l’espace muséal en lien avec la redéfinition de son rôle sociétal. Elle prive la construction des expositions des collaborations engagées, souvent au long cours, par les équipes de médiation auprès des publics et des non publics. Elle fige en outre les visiteurs dans une posture de réception passive, depuis laquelle il leur est impossible de prendre part à l’élaboration des savoirs ou à leur potentielle redéfinition. Il semble important, voire urgent, de questionner cette structuration et d’identifier des pistes de réflexion visant à réunir et à faire collaborer ces différentes parties prenantes du musée, afin que les espaces d’exposition puissent réellement devenir des lieux de présentation et de discussion des récits minoritaires. C’est de cette façon en effet que le musée 6 pourra investir son rôle de sensibilisation et d’engagement des publics à reconnaître la diversité de la société et l’ouverture à l’autre. L’état de l’art montre que les travaux en muséologie (et en histoire ou en cultural studies) s’intéressant à la question des récits minoritaires (analysant le discours muséal porté par l’exposition – voir notamment Araujo A.L. et Seiderer A., 2007 ; Chivallon, 2013 ; Dubuc, 2002, 2004) et ceux qui, en médiation culturelle et en sociologie des publics, soulèvent la question de la participation et de l’inclusion au musée (voir notamment Eidelmann, Gottesdiener, Le Marec, 2013 ; Caune, 2012), se recoupent rarement. Ainsi, la problématique de la « collaboration » est généralement restreinte soit à la relation publics-médiateur·ices, soit – éventuellement – à la relation entre curation/conservation et membres de communautés concernées par l’exposition de leurs récits. Cette dynamique n’inclut donc que rarement l’ensemble des acteur·ices de l’écosystème muséal, même si certains travaux récents ouvrent de nouvelles perspectives (voir notamment Klichuk & Monbaron (dir.), 2021 ; Landkammer, 2021 ; Mörsch, Sachs et Sieber (dir.), 2021 ; Sitzia, 2021). La recherche élaborée dans le cadre de ce projet s’attachera ainsi à tenir compte de l’influence des dynamiques internes de structuration hiérarchique des métiers et positions (et notamment celle assignée aux publics) dans les musées sur la sélection de certains points de vue (et sur l’éventuelle invisibilisation d’autres récits) dans les espaces d’exposition.

Biographie :

Judith Dehail est Maîtresse de conférences en médiation culturelle des arts depuis le 1er septembre 2018, membre du Laboratoire d’Études en Sciences des Arts (LESA, EA 3274). Après un Master à l’University of California, Berkeley puis à l’ENS de Lyon (en muséologie), elle a réalisé une thèse sous la direction de Joëlle Le Marec à l’Université Paris Sorbonne (2017). Dans le cadre de son doctorat, elle a séjourné plusieurs années en Allemagne, à Berlin ainsi qu’à Leipzig, grâce à des financements du Centre Marc Bloch, du Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA) et du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD), entre autres. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la muséologie critique et de la médiation culturelle, s’intéressant à la dimension politique de l’exposition et de la médiation muséale, à la relation entre institutions culturelles et publics, et à la question de la « participation » dans l'action culturelle. Avant d’être nommée à l’Université d’Aix-Marseille, elle a enseigné la muséologie, la médiation culturelle et les techniques d’enquêtes qualitatives à la Humboldt-Universität zu Berlin (Allemagne), à l’Université Paris Diderot (en tant que chargée de cours) et à l’Université Paris Sorbonne (en tant qu’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche). Elle est responsable du secteur médiation culturelle des arts d’Aix-Marseille Université, du Master et de la licence professionnelle « Métiers de la médiation par des approches artistiques et culturelles ».  Elle est responsable du projet en muséologie critique intitulé « Challenging Museums: Rethinking Institutional Norms and Practices », en collaboration avec Thomas Thiemeyer (Université de Tübingen, Allemagne) et Marlen Mouliou (Université d’Athènes, Grèce), projet financé par l’Union Européenne via le réseau CIVIS (Hub 2 : Society, Culture, Heritage). Elle a coordonné, dans ce cadre, la première école d’été internationale du projet, intitulée « Colonial Legacies and Post-colonial Challenges », qui a eu lieu à Marseille en juillet 2022. Elle a récemment organisé le colloque international « Prendre part à l’art et à la culture. Pratiques théories et politiques de la médiation culturelle aujourd’hui » (Marseille, Iméra & Turbulence, 7-9 octobre 2021), en collaboration avec Agathe Mareuge (Sorbonne Université). Elle est lauréate de l’AAP « Pépinières d’Excellence » 2021 de la Fondation A*Midex.