Samaddar Ranabir

Directeur, Calcutta Research Group - Titulaire de la Chaire EHESS Iméra
Période de résidence: 
Février - Juillet 2023
Projet de recherche: 
La biopolitique d'en bas, un nouveau modèle de pouvoir et une autre politique de la vie
Résumé du projet: 

S'inspirant massivement de la condition postcoloniale, la formulation « biopolitique d'en bas » offre des aperçus d'une politique de vie différente et la possibilité d'un nouveau modèle de pouvoir public. C'est un cas classique d'utopie comme pratique sociale, et ce dans une époque de dystopie qui marque notre époque.

Le thème de la bio-politique dans notre compréhension reçue est lié au développement d'un mode de gouvernement qui vise désormais à sauver des vies. La question est : qu'advient-il de ce mode à la suite des crises qui traversent les États et les populations ? N'est-il pas vrai qu'en ces heures de crise les gouvernements tentent d'évaluer le nombre de morts pour sauver un certain nombre de vies ? Par le calcul de la vie et de la mort, les morts deviennent nécessaires pour prolonger la vie. Alors que la bio-politique sous le capitalisme commence à traiter de la mort autant qu'elle traitait de la vie, cette transformation rejaillit sur l'idée d'une forme désirable de puissance publique. Une transformation de ce calcul, à savoir comment la société tentera de se réorganiser lorsque la vie ne sera pas liée par un calcul des morts, appelle une nouvelle réflexion.

La recherche de Ranabir Samaddar vise à faire valoir que les moments de crise, comme la guerre, une famine ou une épidémie, occasionnent une bio-politique d'en bas. La question de la vie vient occuper le devant de la scène de la politique des classes inférieures. L'émergence d'une bio-politique par le bas est donc conditionnée par des moments de crise. Elle s'appuie sur certaines trajectoires historiques, lorsque la solidarité horizontale autour des enjeux de la vie marque la conduite politique des classes subalternes. La réponse biopolitique d'en bas montre des actes de solidarité exceptionnels. Une telle réponse autour de divers modes de sauvetage traite la vie comme un « bien commun », et place le soin et la protection comme les deux axes cardinaux de l'éthique publique. De cette façon, la demande séculaire des classes inférieures de traiter la société comme des biens communs réapparaît. La solidarité n'est donc pas affaire de force d'une doctrine, mais de force d'un mode d'existence.

Le monde des ordres inférieurs est un monde bigarré. Ainsi, la réponse biopolitique d'en bas n'est pas un phénomène solide et monolithique. Ranabir Samaddar s'interrogera donc sur les réponses des différentes couches du monde politique des subalternes - conseil de village, municipalité de la ville, associations d'infirmières et de médecins, gouvernements locaux/étatiques, syndicats et forums de solidarité des migrants - au Covid-19 crise. Il sera important de voir comment les principes de soins, de protection et de solidarité entre les couches inférieures de la société se présentent comme des exemples de «conduite contraire» aux normes corporatives de gouvernance d'une société. Les découvertes de Ranabir Samaddar seront également instructives pour comprendre la réponse des couches inférieures de la société aux catastrophes écologiques, telles que les trois cyclones massifs qui ont frappé les zones côtières du Bengale occidental au cours des quinze dernières années. Je veux enquêter plus avant sur l'élan de solidarité parmi les personnes et les communautés touchées par l'épidémie dans le contexte sombre de l'inégalité flagrante des ressources, y compris les médicaments, les vaccins, l'hospitalisation et d'autres établissements de soins publics entre les pays du monde.

La reconnaissance du phénomène naissant de la biopolitique par le bas nous conduit à quelque chose de plus profond, à savoir sa relation avec la possibilité d'un nouveau modèle de puissance publique. Ladite relation parle d'un moment où la mobilisation horizontale sur les questions de la vie se combine avec un nouveau type de mobilisation verticale du pouvoir. En d'autres termes, la réponse à la crise s'enrichit d'une vision stratégique d'une nouvelle vie. La crise facilite la bio-politique d'en bas et inaugure la possibilité d'une union avec un nouveau type de pouvoir qui changera radicalement la problématique de la vie et de la mort en celle de sauver la société et de ramener la vie au niveau social de sauver et de nourrir la vide de l'individu.

Biographie :

Ranabir Samaddar est actuellement titulaire de la chaire d'excellence en études sur la migration et la migration forcée, Calcutta Research Group, Kolkata, Inde. Il appartient à l'école de pensée critique et est considéré comme l'un des principaux théoriciens dans le domaine des études sur la migration et la migration forcée. Ses écrits sur la migration, les formes de travail, l'urbanisation et les luttes politiques ont marqué un nouveau tournant dans la pensée postcoloniale. Parmi ses œuvres influentes figurent The Marginal Nation: Transborder Migration from Bangladesh to West Bengal (1999), Karl Marx and the Postcolonial Age (2018) et The Postcolonial Age of Migration (2020). Sa publication la plus récente est écrite dans le contexte de la pandémie de COVID, A Pandemic and the Politics of Life (2021). <http://www.mcrg.ac.in/Distinguished_Chair_CO.asp>
 


Ressources médiatiques sur le travail de Ranabir Samaddar (Science et médias sociaux)

Page Wikipédia de Ranabir Samaddar

Derniers articles et vidéos avec la participation de Ranabir Samaddar :

« Dialogue with a Public Intellectual », Journal of Transdisciplinary Peace Praxis, Volume 4, No, 1, Février 2022

« Refuser les réfugiés », Gagarine, le podcast Eurozine, Eurozine, 17 décembre 2021

« L'impossibilité de la politique : Brecht, Manto et deux situations itinérantes », IWM, Vienne, 19 octobre

« Democracy and Bio-politics from Below », Central European University, Vienne et Albert Hirschman Center for Democracy