Romans noirs à Marseille

" Politiciens, voyous, et flics corrompus naviguent à vue, jetant les bases d'un système mafieux qui règne encore sur Marseille aujourd'hui. ” C'est la description inscrite sur la couverture de Marseille confidentiel de François Thomazeau, un roman noir qui se déroule à Marseille dans les années 1930. Dans cette même atmosphère de faillite morale se déroulent aussi les histoires de Pointe rouge de Maurice Attia, situé en 1968 mais avec des souvenirs récurrents de la guerre d'indépendance algérienne et de Pour donner la mort, tapez 1 d'Ahmed Tiab. Ce dernier roman, situé dans les années 2000, est saturé de souvenirs de la guerre civile algérienne des années 1990. Les souvenirs de périodes historiques traumatisantes et les caractéristiques particulières de la ville de Marseille ne sont que quelques-uns des tropes littéraires partagés par ces récits de crimes littéraires. L'enquête policière sert de lieu de critique sociale autour des questions d'immigration, d'histoire coloniale, de lutte urbaine, de corruption, de pauvreté, de marginalisation sociale, de montée de la droite et d'une gauche corrompue, d'un vide politique socialiste. En quoi tous ces romans noirs se déroulant à Marseille permettent-ils d'appréhender les tensions de la société française contemporaine ? Quelle utilisation est faite dans ces romans du cinéma noir américain, eux-même produits dans un climat chargé de tensions raciales et politiques de l'Amérique d'après-guerre ? Nous aborderons toutes ces questions avec les auteurs, en discutant avec eux de leurs écritures, ainsi que des questions sur le potentiel de la critique sociale et de la réflexion sur l'état de la nation en France contemporaine.

 

Evènement sur invitation uniquement.